« Cela ne sert à rien de communiquer sur ce qui se passe à Charleroi »

« Cela ne sert à rien de communiquer sur ce qui se passe à Charleroi »
« Cela ne sert à rien de communiquer sur ce qui se passe à Charleroi »

Tout a très bien commencé pour Yannick Ferrera à Machtens. Mais les deux dernières prestations, contre Courtrai et Charleroi, ont détérioré l’ambiance. “Si nous avions passé cette semaine à nous concentrer sur le passé, nous ne serions pas prêts pour samedi» dit Ferrera. Le plus important, c’est le match qui arrive maintenant.

Puisqu’il déterminera si le RWDM sera relégué directement ou s’il aura encore une chance de sauver face au vainqueur du barrage de Challenger Pro League disputé entre Deinze et Lommel. Pour ce match de survie, Ferrera ne pourra compter ni sur Jeff Reine-Adélaïde, le capitaine, ni sur Tayo Adaramola. Ce qui veut dire que les retours d’Abner ou, par exemple, de Mamadou Sarr pourraient être précipités. “Nous sommes dans une situation où notre survie est en jeu. Nous irons donc de toutes nos forces en présence. Nous verrons combien de temps nous pourrons tenir.

Comment le RWDM est passé de presque barragiste à presque relégué

Compte tenu de l’enjeu, les Molenbeekois produiront-ils un jeu plus tourné vers l’avenir ? “Nous n’avons jamais essayé de calculerassure le coach. Nous avons toujours essayé de viser la victoire. Parfois, l’adversaire nous oblige à ne pas être aussi haut que nous le souhaiterions. Là, il s’agira de lâcher prise. Alors oui, l’enjeu est peut-être plus important que la semaine dernière et la semaine d’avant. Mais nous devons être libérés dès la première minute. Ce sera la clé du succès dans ce match.

Le sort du club bruxellois dépendra aussi du résultat du duel entre Charleroi et Courtrai. Molenbeek croise les doigts pour que les Zèbres jouent dur et ne perdent pas face au KVK. “Cela ne sert à rien de communiquer ce qui se passe de l’autre côté. Nous devons le faire quoi qu’il arrive. C’est le point de départ. Une fois que nous aurons gagné, nous pourrons alors nous tourner vers Charleroi.

Les Eupenois, déjà certains de tomber, n’ont plus rien à jouer. Mais Ferrera n’attend évidemment aucun cadeau. “Je n’ai jamais vu une équipe jouer sans vouloir gagner. Je ne le verrai pas non plus samedi soir. Eupen voudra gagner et nous aussi. Nous n’attendons aucun cadeau. Nous devons faire notre travail sans trop penser à l’adversaire.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Il annonce du lourd avec le nouveau coach
NEXT Méfiance mondiale autour de 777 partenaires