Ces sondages Biden-Trump qui ne disent pas grand chose

43-44%, 37-37%, 41-43% : tous ces sondages qui prédisent une élection présidentielle très serrée entre Joe Biden et Donald Trump donnent le vertige aux Etats-Unis, surtout lorsqu’ils sont sur-analysés dans les médias. Mais que valent-ils vraiment ? Sans doute pas grand-chose pour prédire le résultat final en novembre prochain.

Cela faisait des mois que Donald Trump n’avait pas une certaine avance dans la plupart des sondages, mais ces derniers jours sont apparus des signes avant-coureurs d’un certain déclin, d’une lassitude, du soutien à l’ex-président républicain. Son procès pénal à Manhattan, qui fait quotidiennement la une des journaux, y est-il pour quelque chose ? Trop tôt pour le dire.

Il n’en reste pas moins que l’avance de l’ancien président Trump sur le président Biden s’est réduite ces derniers mois, et les sondages les plus récents montrent une course au coude à coude, alors que Joe Biden gagne du terrain grâce au soutien de groupes démographiques clés.

Joe Biden est plus que jamais au coude à coude avec Donald Trump dans les intentions de vote.

Photo : afp via getty images / MANDEL NGAN

Selon FiveThirty Eight, agrégateur de sondages qui compile et pondère les enquêtes d’opinion, la moyenne des sondages donne 41,04% d’intentions de vote à Donald Trump, contre 40,6% à Joe Biden. Autant dire que nous sommes bien en dessous de la marge d’erreur.

Armé de sa boule de cristal, Larry Sabato, qui a récemment célébré le 25e anniversaire de la fondation de son Center for Politics à l’Université de Virginie, met en garde ceux qui prennent ces sondages proliférants au pied de la lettre. Ils peuvent montrer au fil du temps ce qui se passe dans les principaux sous-groupes, quelles données démographiques comptent dans la politique américaine et si un sous-groupe change clairement ses préférences, mais pour nous dire qui va gagner, il suffit de lancer une pièce de monnaie.

Un outil de propagande

Ces sondages sont principalement utilisés à des fins de propagande politique pour faire progresser les intentions de vote ou mobiliser des donateurs en faveur des candidats en retard. : “Regardez ces chiffres, bien sûr, ils sont gravés dans le marbre.” Ils ne peuvent pas changer, les élections sont terminées. Et puis toute l’histoire nous montre que ce n’était pas vrai », « texte » : « Quel que soit le camp qui est actuellement favorisé, il regardera ce sondage et dira : « Regardez ces chiffres, bien sûr, ils sont gravés dans le marbre ». Ils ne peuvent pas changer, les élections sont terminées. Et puis toute l’histoire nous montre que ce n’était pas vrai”}}”>Quel que soit le camp préféré du moment, il examinera ce sondage et dira : « Regardez ces chiffres, bien sûr, ils sont gravés dans le marbre. » Ils ne peuvent pas changer, les élections sont terminées. Et puis toute l’histoire nous montre que ce n’était pas vrainote Larry Sabato.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Quel sera l’enjeu majeur des élections de novembre ? Trop tôt pour le dire. (Photo d’archives)

Photo : Getty Images/Scott Olson

Un peu moins de six mois avant le rendez-vous électoral de novembre, la marge d’erreur des sondages serait, selon lui, de l’ordre de 6%, alors que la semaine précédant le scrutin, elle n’était que de 1,7%.

Parlant d’erreurs, en 2016, les bureaux de vote se sont clairement trompés sur le résultat réel du vote, avec la victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton.

Même en 2020, ils ont souffert d’un certain embarras, car même si Joe Biden a gagné par plus de 7 millions de voix sur Donald Trump, dit Larry Sabato, cela s’est en réalité réduit à 43 000 voix dans les États clés les plus serrés. millions de suffrages exprimés. », « texte » : « Quarante-trois mille voix sur plus de 160 millions de suffrages exprimés.Quarante-trois mille voix sur plus de 160 millions de suffrages exprimés.

Des bureaux de vote fictifs ?

Aujourd’hui, de nombreux instituts de sondage font des projections sur un échantillon de 600 ou 700 personnes, parfois même 400 ou 500, ce qui ne donne pas une bonne image de la situation. Larry Sabato déplore qu’une fois de plus les médias extrapolent trop à partir de ces données moins fiables. La presse les laisse faire parce qu’ils aiment aussi les rumeurs. Je ne veux pas être cruel, mais il y a beaucoup de journalistes qui ne comprennent pas du tout les chiffres.

L’autre phénomène que l’on observe en regardant ces plans de sonde est la prolifération de bureaux de vote qui semblent sortir de nulle part et qui, très souvent, disposent d’enquêtes d’opinion commandées par des groupes partisans, bien qu’ils le nient en se proclamant non partisans. Ces résultats sont ensuite partagés dans les chambres d’écho que sont les différentes publications partisanes, puis repris par les bureaux des partis nationaux.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

L’avance de Donald Trump dans les sondages semble avoir atteint un plateau, voire même connaître un certain déclin.

Photo : Getty Images/Spencer Platt

Pendant un certain temps, nous avons utilisé des moyennes d’enquête et avons pensé que cela éliminait le problème, que nous pouvions éliminer l’erreur dans une certaine mesure.explique le fondateur du Center for Politics de l’Université de Virginie.

Les partis comprennent et savent donc que si l’on crée quatre ou cinq sondeurs fictifs qui ne peuvent pas être facilement classés comme démocrates ou républicains, la moyenne sera affectée, et ils le font surtout dans les États clés de l’échiquier politique.

Une citation de Larry Sabato, politologue, Université de Virginie

Pourquoi enquêter spécifiquement sur six États ?

Le président Joe Biden et son adversaire républicain sont engagés dans une course présidentielle serrée qui pourrait en effet dépendre de la manière dont les votes des électeurs seront exprimés dans six États clés : l’Arizona, la Géorgie, le Michigan, le Nevada, la Pennsylvanie et le Wisconsin.

Tous ces États ont opté pour Joe Biden en 2020, mais le nombre d’électeurs d’origines ethniques et d’âges divers pourrait entrer en ligne de compte lors des prochaines élections. Des votes qui ne semblent pas encore définitivement mobilisés, à plusieurs mois du scrutin.

Et le facteur Kennedy ?

Dans une course aussi serrée, la candidature de Robert F. Kennedy Jr. a le potentiel de faire basculer l’élection, même si l’on ne sait pas clairement en faveur de qui. Des sondages antérieurs suggéraient que Kennedy Jr., descendant de la famille démocrate la plus célèbre du pays, pourrait attirer plus de voix que celles qui auraient été accordées à Joe Biden, mais des sondages plus récents suggèrent qu’il nuirait également à Donald Trump.

>>Un vendeur de marchandises Robert F. Kennedy Jr..>>

Ouvrir en mode plein écran

La candidature indépendante de Robert F. Kennedy Jr. pourrait siphonner un soutien important à la fois de Joe Biden et de Donald Trump.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Arnould

Sur ce point, le politologue de l’université de Virginie tempère un peu la perception générale. Il ne croit pas que Robert F. Kennedy Jr. obtiendra autant de voix de M. Trump que de M. Biden.

: Jill Stein, candidate du Parti Vert, Cornel West, candidat indépendant afro-américain qui pourrait n’obtenir que 1% ou moins du vote populaire, mais l’endroit où il l’obtient peut vraiment avoir une importance dans certains États, et bien sûr RFKJr.”, “texte” : “Donald Trump a trois atouts dans son jeu pour que Joe Biden perde un soutien essentiel, aussi modeste soit-il, souligne Larry Sabato. Il s’agit de trois candidats susceptibles de remporter plus de voix que les démocrates : la candidate du Parti Vert Jill Stein, le candidat indépendant afro-américain Cornel West qui pourrait n’obtenir que 1 % ou moins du vote populaire, mais où il l’obtiendra pourrait être d’une réelle importance dans certains États, et bien sûr RFKJr.”}}”>Donald Trump a trois atouts dans son jeu pour que Joe Biden perde des soutiens essentiels, aussi modestes soient-ils, souligne Larry Sabato. Il s’agit de trois candidats susceptibles de remporter plus de voix que le démocrate : Jill Stein, candidate du Parti Vert, Cornel West, candidat indépendant afro-américain qui pourrait n’obtenir que 1 % ou moins du vote populaire, mais où il l’obtiendra pourrait en fait avoir une importance dans certains États, et bien sûr RFK Jr.

Attend et regarde »

Bien sûr, tout peut changer, comme le montrent les récents sondages. Joe Biden dispose d’ici l’élection présidentielle d’un réservoir de publicité négative bien plus riche à utiliser contre Donald Trump, grâce aux déclarations et idées incendiaires de ce dernier, ou encore à ses déboires judiciaires.

Mais les tendances évoluent, un peu comme les plaques tectoniques, à leur rythme.

Alors devrions-nous examiner ces sondages maintenant ? Pas vraiment, sauf pour les accros de la politique. Avant octobre, cela ne servira pas à grand chose, car le choix des Américains est loin d’être cristallisé.

Il faudra attendre de voir quelle sera la question qui sera posée dans les urnes : le prix de l’essence, la situation à la frontière, la guerre dans la bande de Gaza ? Ou une autre surprise ?

La seule chose (presque) sûre est celle de Joe Biden et de Donald Trump, un seul sera président…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Jonas Vingegaard présent sur le Tour de France ? Son entraîneur donne quelques réponses
NEXT Avertissement urgent pour les utilisateurs de Facebook Marketplace concernant les escroqueries courantes