« J’ai fini par coucher avec lui »

« J’ai fini par coucher avec lui »
Descriptive text here

Donald Trump a toujours nié avoir eu une relation sexuelle avec Stormy Daniels. Toutefois, le versement de 130 000 dollars en échange du silence de l’actrice à ce sujet n’est pas contesté.

AFP

L’ancienne star du porno Stormy Daniels, personnage central du procès politiquement chargé de Donald Trump à New York, a livré mardi un témoignage brut et détaillé sur la relation sexuelle qu’elle affirme avoir eue en 2006 avec l’ex-président des États-Unis, un épisode du cœur du sujet.

Son témoignage était particulièrement attendu car Donald Trump, qui nie toute relation sexuelle avec Stormy Daniels, est poursuivi pour la dissimulation du versement de 130 000 dollars à l’actrice pour acheter son silence en toute fin de campagne présidentielle de 2016.

L’audience s’est déroulée dans une atmosphère tendue et la défense a demandé en vain l’annulation de l’ensemble du procès, au motif que les questions des procureurs étaient déplacées et que les réponses étaient « extrêmement préjudiciables ». pour le candidat républicain à la Maison Blanche, à six mois du scrutin du 5 novembre face au sortant démocrate Joe Biden.

Après l’audience, Donald Trump a assuré aux journalistes qu’il s’agissait d’un « jour important, très révélateur » et que « l’affaire s’effondre ». Mais il n’a fait aucun commentaire sur Stormy Daniels après que le juge l’a menacé de prison s’il attaquait à nouveau les témoins.

« Très brève réunion »

Nerveuse mais bavarde, l’actrice de 45 ans a raconté avec force détails ce jour de 2006 où, en marge d’une compétition de golf, elle a rencontré Donald Trump, alors figure du monde des affaires et de l’aviation. -ensemble.

Après « une très brève réunion », un membre de la sécurité « m’a dit ‘M. Trump aimerait savoir si vous aimeriez dîner avec lui», a-t-elle déclaré, devant des jurés visiblement absorbés, tandis que l’intéressé restait impassible. En tailleur-pantalon noir, une épaisse ligne d’eye-liner sur les yeux, Stormy Daniels, de son vrai nom Stephanie Clifford, s’est alors souvenue de la suite d’hôtel “qui faisait trois fois la taille de mon appartement”.

La conversation est ludique, le milliardaire lui promet une apparition dans sa célèbre émission de télé-réalité, « L’Apprenti », raconte-t-elle. Puis Stormy Daniels raconte ce moment où, sortant de la salle de bain, elle a trouvé Donald Trump déshabillé sur le lit.

“J’avais honte”

“J’ai senti le sang quitter mes mains, et mes pieds, comme quand on se lève trop vite.” Si elle ne s’est pas sentie menacée, elle assure que l’intention de l’homme d’affaires “était assez claire” et que “le rapport de force était déséquilibré”.

« J’ai fini par avoir des relations sexuelles avec lui », ajoute-t-elle, précisant, à la demande du procureur, que Donald Trump ne portait pas de préservatif. “J’avais honte de ne pas l’avoir arrêté, de ne pas dire non” et “je l’ai dit à très peu de gens”, a-t-elle ajouté. Le juge Juan Merchan a semblé agacé par certaines questions du procureur, tandis que la défense de Donald Trump a plaidé pour que la relation sexuelle ne soit pas évoquée.

Menacé à Las Vegas

Stormy Daniels dit avoir rencontré Donald Trump à plusieurs reprises, puis n’avoir plus eu de contact. Selon son récit, lorsque le milliardaire s’est lancé dans la course à la Maison Blanche, son agent lui a conseillé de monétiser son histoire.

Au cours des mois précédents, un tabloïd américain, dont le patron était proche de Donald Trump, avait déjà payé deux fois pour acheter les droits exclusifs d’articles similaires, qu’il n’avait jamais publiés. « L’argent ne m’intéressait pas », assure-t-elle, racontant avoir été menacée en 2011 par un inconnu dans un parking de Las Vegas, pour ne pas parler.

Les 130 000 dollars ont été versés à Stormy Daniels par l’ancien avocat du milliardaire, Michael Cohen, via une société écran. Il s’est fait rembourser en 2017 par le groupe de sociétés de Donald Trump, la Trump Organization, des dépenses comptabilisées comme « frais juridiques » et qui sont au centre des poursuites.

“Chaos”

Stormy Daniels a également raconté le « chaos » qui a suivi dans sa vie lorsque le paiement a été révélé par le « Wall Street Journal » en janvier 2018, en pleine présidence Trump. « Du coup, j’étais partout en première ligne », accusée par le président et ses partisans d’être une menteuse, explique-t-elle.

Lors de son contre-interrogatoire, l’avocate de Donald Trump, Susan Necheles, a cherché à la présenter comme un personnage vénal, qui a tout intérêt à une condamnation de l’ex-président. Elle a rappelé que Stormy Daniels avait perdu un procès en diffamation contre Donald Trump et lui devait toujours des centaines de milliers de dollars en frais juridiques.

L’actrice a répondu « oui » lorsque l’avocat lui a demandé si elle détestait Donald Trump. Et elle dit qu’elle veut qu’il aille en prison s’il est reconnu coupable. Le ton est encore monté lorsque l’avocate a affirmé qu’elle avait cherché à extorquer l’ancien président. «Faux», répondit résolument Stormy Daniels. Son témoignage se poursuit jeudi.

(AFP)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Malade contre les Tchèques, le soldat Scherwey a beaucoup transpiré
NEXT ce stade sera rénové