Le juge menace à nouveau Trump de prison pour outrage au tribunal

Le juge menace à nouveau Trump de prison pour outrage au tribunal
Le juge menace à nouveau Trump de prison pour outrage au tribunal

Le juge qui préside le procès pénal de Donald Trump à New York a une nouvelle fois menacé lundi l’ancien président américain d'”incarcération” pour avoir violé son interdiction d’attaquer verbalement les témoins et les jurés.

• Lire aussi : Trump compare l’administration Biden à la « Gestapo », rapportent les médias

• Lire aussi : Procès Trump : « nerveux », témoigne l’ancien directeur de la communication de la Maison Blanche

Le juge Juan Merchan lui a infligé une amende supplémentaire de 1 000 dollars « pour avoir violé son ordonnance en faisant des commentaires publics sur le jury et la manière dont il avait été sélectionné », selon sa décision écrite, et l’a averti que les infractions futures seraient « passibles d’incarcération ».

La semaine dernière, le juge l’a condamné à une amende de 9 000 dollars, soit 1 000 dollars par infraction, pour avoir attaqué publiquement des témoins et des jurés en marge de son procès et menacé de l’envoyer en prison en cas de récidive.

Depuis le début, le 15 avril, de ce procès inédit pour un ancien président américain, les procureurs avaient demandé que Donald Trump soit sanctionné pour ses violations répétées de l’interdiction d’agresser les témoins clés de l’affaire.

Il s’agit notamment de son ancien avocat Michael Cohen ou des jurés, qui, selon lui, ne sont pas impartiaux.

Le candidat républicain aux élections de novembre face au président démocrate sortant risque une condamnation et, en théorie, jusqu’à une peine de prison dans cette affaire, l’une des quatre procédures pénales dans lesquelles il est inculpé.

Il est poursuivi pour 34 falsifications de documents comptables qui auraient servi à dissimuler le versement de 130 000 dollars à l’ancienne star du porno Stormy Daniels lors de la dernière ligne droite de l’élection présidentielle de 2016, qu’il a remportée de justesse. à Hillary Clinton.

Cette somme a servi à acheter son silence sur une relation sexuelle passagère qu’elle prétendait avoir eue avec le magnat de l’immobilier en 2006, alors qu’il était déjà marié à son épouse actuelle, Melania. Une relation que nie Donald Trump.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le nouveau maillot domicile 2024-25 dévoilé
NEXT Le rituel du sacrifice éprouvé par le prix du mouton