Norris, cliquez à Miami ! – .

Point d’orgue d’un week-end déjà marqué par une course sprint et deux séances de qualifications, le Grand Prix de Miami s’est déroulé dans des conditions très chaudes, avec un mercure flirtant avec les 30°C dans l’air. Un fait qui a compliqué les prévisions des équipes sur les performances des pneumatiques sur ce tarmac encore assez atypique. Quasi imperturbable malgré tout, Max Verstappen s’élançait de la pole position avec les deux Ferrari de Charles Leclerc et Carlos Sainz.

Concernant le choix des pneumatiques, les premiers et la plupart des pilotes ont choisi les médiums, mais Lewis Hamilton, Fernando Alonso, Kevin Magnussen et Daniel Ricciardo ont opté pour un départ en pneus durs… et Valtteri Bottas pour les tendres ! A l’extinction des feux, le poleman prenait le meilleur départ mais pas Charles Leclerc, qui récupérait pourtant la deuxième place quand Sergio Pérez frôlait le penalty en semant la zizanie dès le premier virage. Plus loin, Lewis Hamilton a dû céder face à la Haas de Nico Hülkenberg dans le premier tour, ce qui a vu Esteban Ocon et Pierre Gasly se battre assez fort, finalement à l’avantage de ce dernier.

VIDÉO – Le départ du Grand Prix de Miami

Ayant très vite plus d’une seconde d’avance sur Charles Leclerc, Max Verstappen n’a pas eu à subir la menace du DRS de la Ferrari, tandis qu’Oscar Piastri s’installait en troisième ligne, devant Carlos Sainz. Puis l’Australien a pris la deuxième place aux dépens de Charles Leclerc qui avait visiblement du mal avec son arrière-train. Avec ses pneus durs, Lewis Hamilton a profité d’une erreur de Nico Hülkenberg mais en a commis une lui-même au passage, le renvoyant à son cauchemar de la veille face à un Haas. Le pilote Mercedes a finalement pris les devants pour la 7ème place au 10ème tour.

Devant, Max Verstappen s’est échappé petit à petit, mais dans une moindre mesure que d’habitude puisque son avance sur Oscar Piastri a mis beaucoup de temps à passer au-dessus des 3 secondes. Quant aux arrêts aux stands, les premiers changements en pneus durs ont commencé après une douzaine de tours pour les pilotes de la deuxième partie du classement.

Preuve, peut-être, d’une RB20 pas impériale sur cette piste, Sergio Pérez est resté bloqué à la 5e place et contraint de résister à Lando Norris avant d’être le premier des deux à plonger dans les stands, au 18e tour. Dans le trio de tête, Charles Leclerc s’est arrêté au 20e tour, avec un arrêt éclair en 1″9. Pendant ce temps, Max Verstappen a raté la chicane et heurté la quille, s’inquiétant de l’état de son aileron avant tout en envoyant cet élément en plein milieu de piste.

La voiture de sécurité virtuelle a été déployée pour évacuer cette épingle, et trois pilotes en ont profité pour se jeter dans les stands, dont Esteban Ocon. Le leader s’est arrêté une fois le drapeau vert agité à nouveau, en 2″2 pour les gommes dures, laissant les commandes à Oscar Piastri. Les McLaren, ainsi que la Ferrari de Carlos Sainz, ont poussé très loin lors de leur premier relais. L’Australien et l’Espagnol s’arrêtent simultanément au 27e tour, laissant Lando Norris prendre la tête.

La voiture de l’insécurité pour Verstappen

Au premier virage, Kevin Magnussen et Logan Sargeant chutent, provoquant l’abandon de l’Américain, l’intervention de la voiture de sécurité… et un arrêt au stand « gratuit ». » du nouveau leader ! Surtout, et de manière absolument invraisemblable, la Safety Car a été envoyée devant Max Verstappen alors même qu’il n’était pas en tête… avant de laisser passer tout le peloton pour se repositionner au bon endroit, devant le leader : Lando. Norris. Kevin Magnussen a été reconnu coupable de la collision et écopé d’une pénalité de 10 secondes.

VIDÉO – Magnussen et Sargeant tiennent bon à Miami

La course a repris au 33e tour et Lando Norris a réussi à retenir Max Verstappen derrière lui, et même à se mettre à l’abri du DRS avant que son activation ne soit autorisée. Alors que l’Anglais prolongeait son avance au-delà de 2 secondes, son coéquipier Oscar Piastri a eu du mal avec Carlos Sainz pour la quatrième place, derrière la troisième occupée par Charles Leclerc, au point d’irriter l’Ibère en demandant un penalty, ce que les commissaires n’ont pas jugé bon de donner. imposer.

Un peu plus tard, non sans contact, le pilote Ferrari a eu raison d’une McLaren qui a cassé son aileron avant, coûtant très cher à Oscar Piastri, contraint de rentrer aux stands pour repartir dernier. D’un extrême à l’autre, à 15 tours du drapeau à damier, Lando Norris a porté son avance à 3″5 sur Max Verstappen.

VIDÉO – Norris prend la tête du GP de Miami

Dans les dix derniers tours de course, porté notamment par une défense acharnée mais vaine d’Esteban Ocon face à Fernando Alonso, Max Verstappen n’a rien pu faire. Le triple Champion du Monde s’est plaint à plusieurs reprises d’un manque d’adhérence de sa Red Bull, laissant Lando Norris s’échapper irrémédiablement.

Finalement jamais inquiété, le pilote McLaren est parti conquérir cette première victoire qui commençait à lui échapper comme une malédiction. Son équipe s’impose pour la première fois depuis la victoire de Daniel Ricciardo à Monza en 2021. Et derrière le vainqueur du jour, à plus de 7 secondes, Max Verstappen a pris les points de la deuxième place devant Charles Leclerc.

Carlos Sainz termine quatrième, devant Sergio Pérez, Lewis Hamilton, Yuki Tsunoda, George Russell et Fernando Alonso. Dixième, Esteban Ocon ouvre enfin le compteur à l’équipe Alpine en 2024 !

États-Unis Grand Prix de Miami

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Région prolongera le dispositif jusqu’à la fin de l’année
NEXT l’ancien président sera programmé le 21 juin sur sa demande de remboursement d’un prêt aux Rouches