le ministre du Logement « ouvert » à l’explosion des familles de délinquants

le ministre du Logement « ouvert » à l’explosion des familles de délinquants
le ministre du Logement « ouvert » à l’explosion des familles de délinquants

© Barbalis/Unsplash

– Le projet de loi sur le logement a été présenté en Conseil des ministres vendredi 3 mai.

“Je suis ouvert à cela.” Interrogé sur France Inter ce dimanche 5 mai, le ministre délégué chargé du Logement, Guillaume Kasbarian, s’est dit favorable à l’expulsion. familles des délinquants qui occupent un logement social. Il souhaite “assurez-vous de renforcer” des mesures qui permettent d’imposer des sanctions et “aller le plus loin possible sur le sujet”. Si, aujourd’hui, la loi autorise bien l’expulsion des locataires, l’encadrement est très strict avec “un certain retard”regrette le ministre.

Pour Guillaume Kasbarian, c’est “légitime” qu’un processus de vérification puisse être mis en place pour garantir que les futurs locataires d’un HLM « sont très respectueux des règles de la République». Comment faire ? En évaluant « incivilités, délits et crimes » potentiellement commis par les membres du ménage qui envisagent de louer. Et surtout, il n’est pas acceptable, selon lui, que les personnes résidant dans ces logements soient “agacé” par d’autres quine respecte pas les lois ».

Le reste sous cette annonce

Le reste sous cette annonce

Lire aussi :

Logement social : allez-vous être expulsé ou devoir payer ?

Comment la mesure s’intégrera-t-elle dans le projet de loi ?

Le projet de loi sur le logement porté par le ministre délégué sera examiné par le Sénat en juin, puis par l’Assemblée nationale à la rentrée. Pour l’instant, cette mesure n’en fait pas partie. “Si on avait eu la martingale, je l’aurais déjà mise dans la facture initiale”, raconte Guillaume Kasbarian à la radio. Mais selon lui, son intégration est encore possible et il explique qu’il y travaille “avec l’administration” et avec les sénateurs. L’objectif : proposer “quelque chose qui a du sens d’un point de vue juridique”.

À Échosle ministre avait déjà expliqué qu’il voulait « réexaminer la pertinence de continuer à occuper un logement social pour ceux qui ont largement dépassé les plafonds de revenus ». Le plafond pourrait donc être abaissé et le projet de loi, présenté vendredi dernier en Conseil des ministres, indique que le paiement d’un loyer supplémentaire serait déclenché dès que les ressources d’un ménage dépassent le plafond d’un euro.

Chaque semaine votre rendez-vous avec actualité immobilière.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’Américain Stearns remporte le titre en battant le shérif égyptien 6-2 6-1
NEXT Grimpez le Tourmalet et les cols pyrénéens depuis votre salon avec kinomap