pression supplémentaire sur le budget des familles tunisiennes

pression supplémentaire sur le budget des familles tunisiennes
pression supplémentaire sur le budget des familles tunisiennes

En Tunisie, le pain constitue un élément essentiel de l’alimentation quotidienne des familles. Historiquement peu coûteuse, elle permettait aux ménages de se rassasier avec un budget modeste. Cependant, cette réalité est en train de changer radicalement.

Autrefois, le pain était toujours disponible à 290 millimes l’unité dans les boulangeries locales, mais aujourd’hui il est de plus en plus difficile de trouver du pain à ce prix. On ne trouve des pains qu’à 500 millimes, voire un dinar ou plus pour certains types de pain.

Cette augmentation a un impact considérable sur le pouvoir d’achat des Tunisiens, particulièrement dans un contexte où chaque repas est traditionnellement accompagné de pain.

Auparavant, une famille nombreuse pouvait se contenter de cinq miches de pain pour un repas complet, ce qui représentait un coût total d’environ 1 dinar. Désormais, pour une même quantité, les familles doivent dépenser plus de 3 dinars, ce qui augmente considérablement les dépenses quotidiennes dans un contexte d’inflation croissante.

Cette hausse des prix du pain pèse lourdement sur les budgets des ménages tunisiens.

Le coût caché des sachets

Outre l’augmentation du prix du pain disponible, un autre problème se pose : celui des sachets.

Autrefois fournis gratuitement par les boulangeries, les sacs en plastique ont été remplacés par des alternatives plus respectueuses de l’environnement. Si cette initiative est louable pour sa contribution à la protection de l’environnement et de la santé publique, elle s’accompagne d’une augmentation des coûts pour les consommateurs.

La photo de l’article illustre cette situation : un sac vendu 300 millimes dans une boulangerie, ce qui représente un surcoût important pour les acheteurs qui ont oublié leur propre sac.

Réactions et propositions

La vente de sachets de 300 millimes soulève des questions sur les coûts de production et le prix de gros de cet emballage biodégradable dont les détails restent méconnus du grand public.

Cette pratique a un impact direct sur le moral des Tunisiens, notamment ceux qui sont aux prises avec des difficultés financières, donnant l’impression que même les besoins fondamentaux deviennent une Source de profit aux dépens des consommateurs.

Interventions nécessaires

Face à cette situation, il est impératif que le ministère du Commerce intervienne. Cela pourrait soit clarifier la justification des prix élevés des sacs, soit réglementer ce marché en obligeant les boulangeries à proposer des sacs à des prix plus abordables, peut-être en carton ou en un autre matériau économique.

Une telle mesure contribuerait à alléger la charge financière des Tunisiens et à restaurer une certaine confiance dans les acteurs de ce secteur vital.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un manager limogé ! – Tout le football – .
NEXT Résultats du repêchage de la LCF 2024 – Kevin Mital avec les Argonauts