« Il y a un peu de frustration… » Thibaud Flament va vivre une grande première, en Champions Cup ce dimanche

« Il y a un peu de frustration… » Thibaud Flament va vivre une grande première, en Champions Cup ce dimanche
« Il y a un peu de frustration… » Thibaud Flament va vivre une grande première, en Champions Cup ce dimanche

l’essentiel
Le deuxième ligne et ses coéquipiers toulousains défient les Londoniens, dimanche 5 mai au Stadium (16 heures), en demi-finale de la Champions Cup.

Thibaud Flament n’est pas sans paradoxe. Passé sous tous les radars à la suite d’un parcours atypique qui l’a mené de la Belgique à l’Angleterre en passant par l’Argentine, celui qui a touché ses premiers ballons comme demi d’ouverture est devenu depuis deux saisons un titulaire indiscutable au sein de la deuxième ligne du XV de France.

Et pourtant, aussi surprenant que cela puisse paraître à son arrivée dans la Ville rose lors de la saison 2020/2021, il n’a jamais débuté en N.4, poste où il se sent « le plus chez lui ». aise », un match de phase finale avec le Stade Toulousain. Les 18 qu’il a disputées (sur 19 possibles, Top 14 et Coupe des Champions confondus), il a débuté soit en troisième ligne (4), soit sur le banc (14).

Interrogé mi-avril sur les raisons qui poussent le staff à procéder ainsi avec Flament, et notamment sur le fait que sa polyvalence en fait potentiellement un remplaçant idéal, Jean Bouilhou, l’entraîneur des avants, a été clair : « Ce n’est pas lié à sa polyvalence. Dans notre construction d’équipe, nous avons des joueurs qui commencent les matchs et d’autres qui les terminent, on sait que c’est quelqu’un qui a beaucoup d’énergie dans les seconds matchs. Il a cette capacité à intervenir et à apporter beaucoup d’énergie à l’équipe. Cela fait partie de la réflexion que nous avons avec lui. Après, le jeu compétitif fait que nous avons un groupe avec beaucoup de force. meilleurs joueurs. »

“Prouver que je peux commencer”

Difficile en effet de se passer d’Emmanuel Meafou, le tracteur de la meute, et de Richie Arnold, la tour de contrôle de l’alignement. D’autant qu’à 33 ans, l’Australien semble connaître une seconde jeunesse, avec 29 matches disputés l’an dernier qui lui ont permis de faire ses premières sélections avec les Wallabies et de participer à une Coupe du monde. Soumis à quelques pépins physiques et à des absences liées à ses sélections sous le maillot des Bleus, piqué l’an dernier à son retour du Tournoi par Ugo Mola qui souhaitait le voir jouer davantage en club, Flament travaille à ses côtés en attendant son heure.

Lire aussi :
Stade Toulousain : « Après chaque mêlée, Cali disait à Leonard : bouge ton corps ! Récit du tout premier match de Toulouse contre les Harlequins

“Il y a un peu de frustration”, avouait-il sur son statut il y a trois semaines avant d’affronter Toulon, lui qui en 64 matches à Toulouse affiche un taux de 59,4% de titularisations (68,4% pour Emmanuel Meafou en 98 matches ; 80,7% pour Richie Arnold). en 109 matchs).

Mais dans l’intérêt collectif : « Il y a aussi la volonté d’apporter le plus possible à l’équipe une fois le rôle établi dans la semaine, de contribuer davantage, de faire travailler les gars le mieux possible et, à la rentrée, pour apporter un maximum de fraîcheur et prouver ensuite que je peux débuter les matches.

Les terminer, même si le temps de jeu est moindre, est tout sauf humiliant. « Vous savez, quand vous êtes remplaçant, vous avez la gratitude de terminer les matches et de les faire gagner aussi. Et nos 20 dernières minutes sont souvent très efficaces. Je pense que les joueurs en profitent aussi malgré tout», a soutenu Bouilhou.

“Jouer chaque match jusqu’à la fin”

Absent pendant près de trois mois cet hiver en raison d’une fissure au gros orteil, Flament a raccroché le wagon au bon moment. Rappelé par Fabien Galthié pour terminer le Tournoi après un galop de récupération d’un peu moins d’un demi contre Castres – « pour la confiance, ça fait du bien », avoue-t-il –, il enchaîne depuis sans interruption. “Je suis très heureux de pouvoir jouer, de disputer une série de matches et mon objectif est de tous les jouer jusqu’à la fin de la saison.”

Lire aussi :
QUESTIONNAIRE. Stade Toulousain-Harlequins : retrouverait-on le onze de départ de Toulouse lors de la confrontation 2011 au Stadium

Frais comme un cafard après sa longue convalescence – « au début, c’était frustrant et après, j’ai réalisé que c’était bien d’avoir du temps, d’avoir des week-ends, de pouvoir me ressourcer ; J’ai senti que ça me faisait beaucoup de bien » – il enchaînera demain contre les Harlequins sa 10e feuille de match consécutive.

Et une 7ème titularisation, synonyme de grande première avec le n°4 dans le dos dans les phases finales puisque Arnold, en délicatesse musculaire ces derniers temps, débutera sur le banc. A lui d’en profiter.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Si on joue un match comme ça à Toulouse, ça ne marchera pas », le sait Ihaia West
NEXT Le centre de soins d’urgence de Crawley devrait être ouvert 24h/24 et 7j/7 – résidents