PacifiCorp, la compagnie d’électricité de Warren Buffett, brûlée par des incendies de forêt

PacifiCorp, la compagnie d’électricité de Warren Buffett, brûlée par des incendies de forêt
PacifiCorp, la compagnie d’électricité de Warren Buffett, brûlée par des incendies de forêt

Il y a deux ans, Warren Buffett a fait du secteur énergétique de Berkshire Hathaway l’un des quatre « géants » de son conglomérat. Il craint désormais que son modèle économique ne soit brisé.

L’unité PacifiCorp de Berkshire Hathaway Energy fait face à des milliards de dollars de responsabilités potentielles en raison des incendies de forêt qui ont ravagé des centaines de milliers d’acres dans le sud de l’Oregon et le nord de la Californie.

Les coûts pourraient augmenter si davantage d’incendies éclataient et si des efforts étaient déployés pour les prévenir. Le changement climatique, qui se traduit par un temps plus sec et plus chaud et une végétation plus combustible, augmente les risques.

“Je n’avais pas prévu ni même envisagé une évolution défavorable des rendements réglementaires”, a écrit M. Buffett dans sa lettre annuelle aux actionnaires en février. « J’ai commis une erreur coûteuse en ne le faisant pas.

On ne sait toujours pas exactement dans quelle mesure les problèmes de PacifiCorp pèsent sur les résultats globaux du conglomérat, le bilan important de Berkshire et des dizaines d’autres opérations étant incapables de les compenser entièrement.

Buffett, 93 ans, et son successeur désigné Greg Abel, 61 ans, pourraient être confrontés à des questions des actionnaires lors de l’assemblée annuelle de Berkshire le 4 mai à Omaha, Nebraska, au sujet de leurs inquiétudes concernant la société énergétique.

“Les incendies de forêt font que les compagnies d’assurance-incendie alimentent les sociétés”, a déclaré Steven Check, qui gère 1,9 milliard de dollars chez Check Capital Management, dont 600 millions de dollars en actions et options de Berkshire. «C’est un changement important. Warren Buffett n’a pas du tout vu cela venir.»

Escalade des plaintes

Berkshire Hathaway Energy dessert environ 5,3 millions de clients en électricité et en gaz par l’intermédiaire de PacifiCorp, MidAmerican Energy et NV Energy dans 11 États de l’Ouest et du Midwest, et des millions d’autres en Angleterre et en Alberta, au Canada.

Elle possède 58 580 km de lignes de transport d’électricité et exploite 58 000 km de gazoducs et d’oléoducs.

Depuis de nombreuses années, Berkshire Hathaway Energy – qui est détenue à 92 % par Berkshire Hathaway – est un moteur de revenus constant pour sa société mère, générant généralement 10 à 12 % du bénéfice d’exploitation global.

Ce chiffre est tombé à 6 % en 2023, le bénéfice de l’entreprise ayant chuté de 40 % à 2,33 milliards de dollars.

PacifiCorp y est pour beaucoup. Les jurés ont déclaré la compagnie d’électricité basée à Portland, dans l’Oregon, responsable de plusieurs verdicts impliquant des incendies de forêt en 2020, accusant ses lignes électriques d’être responsables des pertes. PacifiCorp a nié toute négligence.

Mais il a terminé l’année 2023 avec 2,4 milliards de dollars de pertes prévues dues aux incendies de forêt, et a déclaré que les pertes pourraient atteindre 8 milliards de dollars.

Cette semaine, un groupe de 1 000 victimes d’incendies ont déclaré que PacifiCorp devrait leur verser 30 milliards de dollars.

En résumé : PacifiCorp ne versera pas de dividendes : PacifiCorp ne versera aucun dividende à Berkshire Hathaway Energy pendant plusieurs années, ce qui pourrait affecter la capacité de la société mère à financer ses opérations.

« Il est essentiel que les sociétés de services publics recouvrent leurs coûts et maintiennent un profil financier solide afin de garantir la fiabilité pour les clients », a déclaré Travis Miller, analyste actions chez Morningstar.

Les entreprises de services publics peuvent réduire le risque d’incendies de forêt en isolant les fils pour réduire le risque d’étincelles, en élaguant ou en abattant des arbres qui pourraient entrer en contact avec des équipements électriques, en enterrant les lignes de transmission et en coupant temporairement l’électricité.

Mais ces mesures d’atténuation peuvent être coûteuses, et Buffett a promis que Berkshire « ne gaspillerait pas sciemment de l’argent pour rien ».

Toby Shea, responsable du crédit chez Moody’s Investors Service, a expliqué : « Si nous devons payer des milliards et des milliards de dollars à chaque fois qu’il y a un grand incendie, ce n’est pas un modèle durable ».

BLÂMER LES AVOCATS

Ce n’est pas la première fois que Berkshire est confrontée à des difficultés dans l’un de ses principaux métiers.

Après avoir payé 16 milliards de dollars pour le réassureur en 1998, Berkshire a passé des années à remédier aux faiblesses de souscription de General Re.

Il a également surpayé Precision Castparts, qui a coûté 32,1 milliards de dollars en 2016, avant de voir son activité de pièces d’avions s’effondrer pendant la pandémie.

Le litige impliquant PacifiCorp pourrait durer des années, et le coût final ainsi que le calendrier des paiements sont incertains.

Dans sa lettre aux actionnaires, M. Buffett a averti que PacifiCorp pourrait faire l’objet d’une « résolution confiscatoire », mais que Berkshire et Berkshire Hathaway Energy étaient structurées pour y survivre.

Même si les analystes ne prévoient pas de faillite, Berkshire pourrait décider qu’il ne vaut peut-être pas la peine d’investir dans des actifs de fabrication et de transport si elle est obligée de payer d’importantes factures juridiques pendant plusieurs années.

“Notre hypothèse est que si les dommages causés à PacifiCorp deviennent insoutenables à long terme, le soutien de l’entreprise à PacifiCorp pourrait être limité”, a déclaré Sloan Millman, analyste chez S&P Global.

Berkshire Hathaway Energy a refusé de commenter cet article.

PacifiCorp a déclaré que la demande de 30 milliards de dollars montre la nécessité d’une réforme juridique, car sa capacité à servir ses clients est « menacée par les dommages excessifs causés par les incendies de forêt et réclamés par les avocats des plaignants qui ont un intérêt financier substantiel dans ces résultats.

Certains États s’attaquent au risque de faillite des entreprises de services publics lié aux incendies de forêt.

En 2019, les législateurs californiens ont créé un fonds de plusieurs milliards de dollars contre les incendies de forêt que les services publics pourraient utiliser pour payer les dommages causés par leurs équipements.

En mars 2024, les législateurs de l’Utah ont autorisé les grandes entreprises de services publics à percevoir des suppléments auprès de leurs clients pour constituer des fonds contre les incendies de forêt, et ont plafonné la responsabilité pour certaines réclamations.

PacifiCorp pourrait bénéficier de mesures similaires en Oregon. Pour l’instant, la taille de Berkshire offre une protection contre des pertes importantes.

Paul Lountzis, président de Lountzis Asset Management à Wyomissing, en Pennsylvanie, qui investit 11 % de ses actifs dans les actions du Berkshire, a déclaré que la diversification « aide vraiment, vraiment ». Ce n’est pas comme si Berkshire était une entreprise unique.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Football. Mondeville et Troarn visent les demi-finales de la Coupe de Normandie
NEXT L’AJ Auxerre a célébré son titre de champion de Ligue 2 avec ses supporters place de l’Arquebuse