« Coluche est venu chez moi pour pleurer après son divorce »

« Coluche est venu chez moi pour pleurer après son divorce »
« Coluche est venu chez moi pour pleurer après son divorce »

Article réservé aux abonnés

A l’aube de son départ sur la tournée “Charlebois, Ducharme et les autres”, Robert Charlebois se confie à Paris Match sur ses jeunes années passées entre les Etats-Unis, le Québec et la Guadeloupe où il a rencontré un certain Coluche.

Lorsqu’il épouse sa bien-aimée Laurence, le 7 avril 1977, Robert Charlebois est loin de toutes distractions. Le couple follement amoureux avait choisi, lors d’un road trip à travers les Etats-Unis, de se marier à Las Vegas. « Heureusement qu’un Japonais passait par là, nous avons pu le serrer dans nos bras et le prendre en photo. C’est le seul qu’on a», se souvient l’épouse du chanteur québécois.

Le reste après cette annonce

Après leur coup de foudre rencontré quatre ans plus tôt sur le plateau d’Europe 1 (à l’époque Europe n°1) où Laurence travaillait comme assistante de Marie-France Brière, le couple a choisi de se dire « oui » loin de la France » sans regrets » : « Je ne me voyais pas épouser ce fou avec ses pantalons pattes d’éléphant à la mairie du 16ème arrondissement de Paris. »

Voisins guadeloupéens de Coluche

S’installant ensuite dans les Laurentides au Québec, les amoureux ont choisi de passer les trois premiers mois de l’année en Guadeloupe pour échapper aux températures hivernales. C’est là qu’ils rencontrent Coluche, propriétaire d’une maison voisine sur l’archipel. « Il venait de quitter sa femme. Parfois, il venait chez nous pour pleurer», se souvient Robert Charlebois.

Leur amitié était surtout marquée par l’humour cinglant de l’acteur décédé en 1986 : « Je l’entendais faire des blagues qui ne passeraient plus aujourd’hui. Vers 6 heures du matin, il était à son établi, le joint dans la bouche, c’était un bricoleur hors pair. »

Découvrez l’intégralité de notre entretien avec Robert Charlebois.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pierre Vassiliu, musicien du monde – Libération – .