Vincent-Guillaume Otis s’est offert le luxe de se faire rare après « District 31 »

Vincent-Guillaume Otis s’est offert le luxe de se faire rare après « District 31 »
Vincent-Guillaume Otis s’est offert le luxe de se faire rare après « District 31 »

Après le succès de Arrondissement 31Vincent-Guillaume Otis avait envie de lâcher prise et de se faire un peu oublier.

Deux ans après la fin du quotidien, l’acteur retrouve un décor, celui de la série annuelle Brasde TVA, dans lequel il joue avec Eve Landry et François Papineau.

>

>

Photo Agence QMI, Joël LEMAY

François Papineau, Vincent-Guillaume Otis et Eve Landry ont débuté lundi le tournage de «Les Armes».

Vincent-Guillaume savait depuis un moment qu’il reviendrait sur le devant de la scène en Bras. Il a eu le « luxe » de faire une pause pendant un moment, de retourner au théâtre et même de jouer dans un film après le marathon de cinq saisons de Arrondissement 31la fiction écrite par Luc Dionne dans laquelle il incarnait le sergent-détective Patrick Bissonnette.

« Fabienne [Larouche] et Michel [Trudeau] m’a fait le grand cadeau de m’offrir ce rôle, de m’offrir un retour à la télé. On ne le cachera pas, rien n’est jamais acquis, mais au final District ils m’ont proposé ce rôle et m’ont donné le luxe de me retirer. Je savais qu’il y aurait ça”, a déclaré l’acteur lundi, en marge de la révélation du casting.

« Mon objectif était de prendre un an pour préparer ce personnage. C’est beaucoup d’entraînement. La première partie, j’ai fait beaucoup d’entraînement de boxe. Je voulais un entraînement très dur […] avec l’idée de rigueur, de travail, de discipline, de se lever tous les matins», a-t-il ajouté, disant avoir beaucoup lu sur le travail d’un militaire et visité la base de Valcartier, dans la région de Québec. Il a arrêté la boxe après avoir « perdu trop de poids » et a pris du poids au gymnase.

Pacifiste

D’emblée « pacifiste » et « contre la guerre », Vincent-Guillaume Otis a néanmoins nuancé l’idée qu’il se fait des soldats et de leur travail.

« L’armée est devenue pour moi moins l’idée d’un organe qui va combattre. Elle est également là pour maintenir la paix et maintenir l’équilibre dans le monde.

Les soldats canadiens, a-t-il donné en exemple, soutiennent les communautés en cas d’inondations ou d’incendies de forêt majeurs, ils ne se contentent pas de se battre.

Pour donner de l’authenticité au personnage blessé au front, Vincent-Guillaume Otis a suggéré une cicatrice qui s’étend du cou à l’épaule, ce qui nécessite un temps de maquillage quotidien.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Safia Nolin dénonce les propos haineux et révèle leur impact sur sa vie
NEXT Pierre Vassiliu, musicien du monde – Libération – .