« Je n’aime pas être mince, je préférerais pouvoir prendre du poids » – .

« Je n’aime pas être mince, je préférerais pouvoir prendre du poids » – .
« Je n’aime pas être mince, je préférerais pouvoir prendre du poids » – .

Beaucoup de gens envient la taille de guêpe de Sarah Jessica Parker, connue notamment pour le rôle de Carrie Bradshaw dans « Sex and the City ». Son personnage, fumeuse et grande buveuse de cocktails qui a néanmoins conservé sa silhouette et son sens du style, a fait l’admirer de nombreuses femmes au moment de la sortie de la série (1998).

Mais la principale intéressée a révélé qu’elle-même n’était pas satisfaite de sa silhouette. Alors que les standards de beauté célèbrent désormais des courbes plus courbes – mais valorisent toujours une taille fine, qui crée des idéaux de beauté inaccessibles – Sarah Jessica Parker a révélé qu’elle détestait en fait être mince et qu’elle avait même du mal à prendre du poids.

Invitée du podcast « Glad We Had This Chat » (« Contente que nous ayons eu cette conversation » en anglais ; ndlr), l’actrice a déclaré : « Beaucoup de gens ont leur propre croix à porter. Je n’aime pas être mince. Et si vous rencontrez mes frères et sœurs, c’est la même constitution génétique. Je ne pense pas particulièrement à la minceur et je ne la célèbre pas. Je préférerais pouvoir prendre du poids, mais c’est ainsi que fonctionne mon corps. Dans l’émission « The Howard Stern Show », l’interprète de Carrie Bradshaw a même avoué avoir des difficultés avec son image : « Je suis présentable. Je n’aime pas vraiment me regarder… Je ne l’ai jamais fait. “, dit-elle.

Si l’actrice met sa minceur – et celle de ses frères et sœurs – sur le compte de la génétique, elle expliquait dans une autre interview pour Women’s Health, en avril 2024, qu’elle avait grandi dans un foyer où les enfants n’avaient pas le droit de manger du sucre. , des friandises ou du pain blanc. Mais lorsqu’elle atteint l’âge adulte, ces interdits de l’enfance ont eu l’effet inverse : Sarah Jessica Parker a avoué avoir trouvé extrêmement difficile de « se priver » d’un aliment.

« Je n’ai jamais été très disciplinée à ce sujet », a-t-elle noté. “Je ne suis pas vraiment douée pour me priver de quelque chose.” Aujourd’hui, l’actrice ne souhaite pas reproduire la même chose avec ses enfants James, nés en 2002, et les jumelles Marion et Tabitha, nées en 2009 d’une mère porteuse.

« Dans notre maison, nous mangeons des biscuits, des gâteaux, nous mangeons de tout, et je pense que cela se traduit par une relation plus saine », a-t-elle énuméré. « Et mes filles auront les chiffres qu’elles ont, et j’espère qu’elles seront en bonne santé. Ce sont des athlètes, ils aiment la nourriture et ils ont des palais différents », a-t-elle ajouté. Et de conclure : “Je ne voulais pas qu’ils aient un rapport antagoniste à la nourriture, qu’ils aient l’impression qu’elle était leur ennemie et qu’ils devaient se positionner par rapport à la nourriture.”

Lire aussi :

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pierre Vassiliu, musicien du monde – Libération – .