Ce qu’il reste de Renaud

(Gatineau) On n’ira pas voir Renaud sur scène en 2024 sans savoir qu’il n’a plus la voix qu’il avait. Son spectacle de mardi à Gatineau, concert inaugural de sa première tournée québécoise depuis plus de 15 ans, a néanmoins montré une icône radicalement diminuée, qui ne marche que dans l’ombre d’elle-même.


Publié à 1h20

Mis à jour à 5h47

Il faut avoir beaucoup aimé Renaud pour l’applaudir comme l’a fait la foule venue le voir à la salle Odyssée de Gatineau, mardi. La salle entière s’est levée à la fin du bloc principal du spectacle pour exiger un rappel. Pourtant, Renaud venait péniblement d’exécuter une vingtaine de chansons, une contre-performance jamais vue en 25 ans de métier.

Il se tenait le plus souvent au centre de la scène, immobile, regardant la foule au loin. Il l’avait aussi parfois vissé à ses pieds, où se trouvait un écran servant probablement de téléprompteur. Que Renaud ait besoin d’une telle béquille pour éviter les pertes de mémoire lorsqu’il chante n’est pas un problème. Ce qui est un, c’est qu’il chante désormais moins que jamais.

  • >>

    PHOTO SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LA LOI

    Renaud se produisait à la salle Odyssée de Gatineau mardi soir.

  • >>

    PHOTO SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LA LOI

    Renaud en prestation au Centre culturel de Gatineau

  • >Renaud se produisait à la Maison de la culture à Gatineau mardi soir.>

    PHOTO SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LA LOI

    Renaud se produisait à la Maison de la culture à Gatineau mardi soir.

1/3

Il est facile de dire qu’il n’a jamais eu une grande voix. C’est vrai, bien sûr. Il suffit pourtant de réécouter ses disques des années 1980 et du début des années 1990 pour se rappeler qu’il avait largement de quoi haranguer son public et faire battre son cœur. Il faut l’avoir vu sur scène il y a 25 ou 30 ans pour savoir que Renaud avait toute la vigueur nécessaire dans ses cordes vocales. A rappeler aussi qu’il était aussi divertissant lorsqu’il parlait entre ses chansons que touchant lorsqu’il les chantait.

Que restait-il de ce Renaud mardi à Gatineau? Presque rien, malheureusement.

Planté au milieu d’un orchestre généreux d’une dizaine de musiciens – principalement des cordes –, il marmonnait des paroles que l’accordéoniste n’arrivait plus à faire pleurer. Même en connaissant les paroles de Germaine, Enfants de la mort, Pêche à la ligne, Cent ans, Marchand de pierre, Manhattan-Kaboul, la mère de Titi et presque toutes les autres chansons jouées mardi, on comprenait à peine un mot sur trois…

type="image/webp"> type="image/jpeg">>>

PHOTO SIMON SÉGUIN-BERTRAND, LA LOI

Renaud se produisait à la Maison de la culture à Gatineau mardi soir.

Qu’a fait la foule face à cette catastrophe ? Elle a écouté. Poliment. Parfois avec une émotion palpable comme lors vainqueur Mistral. Ou avec surprise, comme lors Sur mon épaule, emprunté aux Cowboys Fringants et dédié à Karl Tremblay. Elle chanta aussi un peu, avec joie, en souvenir des plaisirs d’hier, lors Dès que le vent souffle, effectué à la fin du programme.

On peut affirmer que Renaud ne cache pas les problèmes de santé qui le tourmentent depuis sa première grande descente au fond de la bouteille Ricard au tournant des années 2000. On peut dire que ceux qui achètent des billets pour le voir en 2024, après des visites peu convaincantes au Québec en 2001 et 2007 et après avoir vu les vidéos circuler de ses concerts en France, le font en toute connaissance de cause.

Mais il n’en reste pas moins que la plus belle chose de ce concert était la musique. Les pièces avaient été arrangées avec beaucoup d’élégance pour un orchestre dominé par les cordes – violon, alto, violoncelle – soutenues ici par une guitare, là par un accordéon et un piano.

Cette musique, jouée avec la sensibilité ou l’enthousiasme qu’elle commande, se rapproche ici de la valse musette et là de ces airs irlandais dont Renaud est friand. C’est là que l’oreille devait se réfugier pour trouver du plaisir.

Il faut avoir beaucoup aimé Renaud pour l’écouter avec autant d’attention pendant plus de deux heures, malgré sa verve perdue, malgré cette voix qui se perdait dans les dérapages rauques et malgré les problèmes de diction si importants que parfois on ne comprenait même pas ce qu’il a dit. On a vu à peine une demi-douzaine de personnes quitter la salle avant la fin du concert. Une telle preuve d’amour est inédite.

En concert à Sainte-Agathe-des-Monts (16 mai), Montréal (17 mai), Trois-Rivières (19 mai) et Québec (21 mai)

Visitez le site de l’artiste

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Sonia Rolland annonce ses fiançailles et dévoile une photo de sa superbe bague
NEXT François Valéry remet les pendules à l’heure sur son « histoire d’amour » avec l’actrice