l’envie de liberté, celui qui joue “la doublure” l’a revendiqué toute sa vie

Pierre De Vuyst, spécialiste des monarchies chez Soir Mag, était notre invité sur Bel RTL ce mercredi soir. L’occasion de revenir avec lui sur les déclarations du prince Laurent.

Peut-on dire que le prince Laurent a toujours voulu la liberté ? Il l’a finalement répété tout au long de sa vie et surtout ces dernières années.

Oui, plus que jamais, on voit la malédiction du deuxième, en l’occurrence pour lui c’est le troisième. C’est-à-dire le doublé qui n’a plus de rôle à vraiment jouer une fois que le principal, le futur roi, et en l’occurrence désormais le roi, a une descendance. On sent donc qu’il n’a plus de rôle à jouer et cela le dérange profondément.

La vie qu’il mène aujourd’hui ne lui convient pas.

Il a toujours voulu être entrepreneur, il disait quand il était jeune qu’il voulait gagner un milliard de dollars, il disait ça notamment chez Solvay. Mais voilà, c’est un entrepreneur, il a plein de projets. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il est une sorte de pionnier en matière d’environnement, il s’intéresse à cette question depuis des années et il a donc des projets et il veut les mettre en œuvre. Mais la question est de savoir si le gouvernement veut vraiment le voir mettre ses projets en marche.

C’est toujours un peu cette difficulté d’être à la fois membre de la famille royale et finalement de ne pas avoir la liberté d’un Belge comme tout le monde.

Voilà, donc ils ont probablement moins de droits, il le dit lui-même dans cet entretien à - flamande, il dit qu’il a moins de droits que quelqu’un d’autre puisqu’il est obligé de demander l’autorisation pour aller voir son cousin ou son oncle ou sa tante qui sont nécessairement tous membres des monarchies européennes. Il doit demander des autorisations, il a moins de droits que n’importe qui d’autre, mais le problème c’est justement qu’il faut créer une sorte de carcan autour de lui pour le contrôler quelque part. C’est lui qui a créé ce carcan.

Oui car en fait au départ cette situation n’existe pas, on ne demande pas des comptes au Prince Laurent à tout moment. Est-ce par les ambiguïtés de son comportement qu’il a créé ce climat de suspicion autour de lui ?

De manière générale, un membre de la famille royale est tenu à un devoir de réserve, il s’abstient de tout commentaire bruyant sur le progrès social, il doit rester mesuré dans ses propos et il ne soutiendra certainement pas un président d’un régime très autoritaire.

Peut-être que M. Erdogan, je ne suis pas un spécialiste de la question, a une vision remarquable en matière environnementale, mais c’est aussi un président qui a fait arrêter ses opposants chaque fois qu’il en avait envie. Alors il faudrait peut-être encore mesurer nos propos, rester un peu plus discrets, d’autant qu’à chaque fois que le prince Laurent prend la parole, il engage la maison royale quelque part, il engage le roi, le roi qui doit faire preuve de neutralité.

Il y a des projets Prince Laurent partout dans le monde. Aujourd’hui, nous parlons de la Turquie, mais il y a quelques années, c’était la Libye qui avait perdu beaucoup d’argent.

Oui exactement, honnêtement c’est un visionnaire, ce qu’il a fait en Libye, donc vouloir reboiser les zones désertiques c’est super et il était sur la bonne voie. Mais bon, là aussi, il faisait confiance à un régime autoritaire et par définition ce genre de régime peut être instable et disparaître du jour au lendemain. Et donc évidemment la Libye doit de l’argent au prince.

Il a également gagné près d’une quinzaine de procès je pense en Belgique, les tribunaux lui ont donné à chaque fois raison et aujourd’hui le montant que la Libye lui doit, intérêts compris, est de 70 millions d’euros. La question est : les reverra-t-il un jour ? Il compte sur le gouvernement belge pour l’aider, mais celui-ci n’est pas très désireux de s’impliquer dans cette affaire.

A-t-il l’impression qu’il doit prouver quelque chose ?

Oui, il doit prouver quelque chose, le problème est que jusqu’à 60 ans, il a été, comme il l’a toujours dit lui-même, empêché de faire ce qu’il voulait et c’est pour cela que la dotation est là. C’est-à-dire pour compenser le fait qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut, lancer des projets en tant qu’entrepreneur privé.

Nous vous rappelons que la dotation est d’environ 300 000 euros par an.

Cet argent était là justement pour compenser le fait qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut. Mais on voit quand même qu’il fait ce qu’il veut, c’est ça le problème.

Famille Royale du Prince Laurent

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Venue seule à Cannes, que voulait nous dire Iris Mittenaere avec sa robe aux feuillages dorés sur le tapis rouge ? – .
NEXT quand Francis Ford Coppola montait les marches avec sa femme, aujourd’hui décédée, et ses deux enfants Sofia et Roman