La guerre des mots entre deux rappeurs part en vrille

La guerre des mots entre deux rappeurs part en vrille
Descriptive text here

Les chiffres s’affolent, les observateurs s’énervent et les bombes assourdissantes se multiplient. Le rap américain n’avait pas connu une telle opposition depuis le début des années 2000 et le légendaire affrontement entre Jay-Z et Nas. Mais si la guerre des mots qui fait actuellement rage entre Kendrick Lamar et Drake ne va pas au-delà – pour l’instant – de joutes verbales de bribes, les attaques et arguments utilisés sont d’une redoutable agressivité.

Initié par le rappeur de Compton, ce « battle royal » est entré ce week-end dans une nouvelle dimension avec la réponse puissante de Drake à « Family Maters », un titre diss de 7’37” accompagné d’un clip.

Tous les belligérants en prennent pour leur rang : la superstar The Weeknd, originaire de Toronto comme lui, le producteur Metro Boomin, le rappeur Rick Ross, moqué pour son poids, ou encore A$AP Rocky, compagnon de Rihanna. Le Canadien insinue qu’il a eu une liaison avec le chanteur.

Mais la foudre tombe en premier sur Kendrick Lamar, accusé d’avoir battu sa femme. Drake affirme que le manager de l’artiste californien est le véritable père du petit garçon du couple.

Les atteintes à la famille qui constituent le fil conducteur de cette opposition. Quelques heures après cette explosion déclenchée par Drake, Kendrick Lamar a invité tout le monde à « rencontrer les Graham » (ndlr : nom de famille de Drake) dans un titre absolument effrayant sous forme de lettre écrite à son fils Adonis (6 ans), ses parents et… sa fille cachée de 11 ans !

Quatre vers démoniaques durant lesquels Aubrey Graham est accusé des pires maux, dont celui d’être un agresseur sexuel. Selon TMZ, l’existence d’une fille cachée est une pure invention. Selon des milieux avertis, il est possible que l’entourage de Drake ait délibérément divulgué de fausses informations à l’entourage de Kendrick Lamar pour discréditer ce dernier.

Peu friand des réseaux sociaux mais déchaîné, Kendrick Lamar a enchaîné dans la nuit de samedi à dimanche avec “Not Like us”. Un deuxième « diss track » consécutif, plus dansant mais encore plus percutant, puisqu’il invalide Drake avec l’accusation la plus disqualifiante : la star de 37 ans est « un pédophile » caché !

Le coup de grâce pour le rappeur le plus titré de ces quinze dernières années ? En attendant le nouvel épisode de ce combat intense, Kendrick Lamar l’assure : “Je peux aller encore plus loin, je le promets.”

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV People Archives – Au Festival de Cannes, cet ex-mannequin a failli se retrouver face contre terre sur les marches
NEXT Pierre Lescure, gêné sur le plateau après une blague sur le mouvement Me Too