«Ne viens pas pleurer…» – .

«Ne viens pas pleurer…» – .
«Ne viens pas pleurer…» – .

Béatrice Dalle est célèbre pour son franc-parler. Invitée de Clique TV, elle a donné son avis honnête sur certaines actrices qui défendent #MeToo. Et son avis pourrait en choquer plus d’un…

Béatrice Dalle a longtemps brillé au cinéma avec le légendaire 37°2 du matin de Jean-Jacques Beineix, La vengeance d’une femme par Jacques Doillon ou, Au revoir Blondie de Virginie Despentes. Si le grand écran lui propose moins de rôles, c’est au théâtre qu’elle brille depuis plusieurs années. Elle est sur la scène de la Gaïté Lyrique en mai pour Troubles où l’ex de Joey Starr déclamera des textes queer, de la poésie, des essais militants ou philosophiques. C’est un rôle qui va comme un gant à cette âme vive qui n’aime pas les personnages tièdes.

En ce moment, #MeToo bouleverse le monde du cinéma suite aux révélations de Judith Godrèche. L’actrice, connue pour son franc-parler, a son avis sur le sujet et ce n’est pas celui de tout le monde.

Béatrice Dalle a rencontré Harvey Weinstein : « Une patate dans la bouche »

Béatrice Dalle a récemment donné son avis sur le producteur hollywoodien déchu Harvey Weinstein, accusé d’abus sexuels contre de nombreuses actrices. L’actrice a rencontré à plusieurs reprises le producteur de 72 ans actuellement incarcéré aux États-Unis – après avoir été condamné en 2020 – sans qu’elle ait le moindre problème avec lui. “S’il s’était mal comporté un seul instant, ce serait une patate dans la bouche avec ses 83 Oscars», affirme-t-elle dans Clique TV.

Mais elle ne sous-estime pas la peur que ce type de prédateur peut susciter chez une femme. “Une femme qui a vraiment peur de perdre son emploi, une mère, peut accepter des choses dont elle n’ose pas parler (…). Le mec est tellement puissant, il y a aussi une sorte de relation hyper tendancieuse qu’on a pas envie de se brûler avec lui», admet-elle.

Béatrice Dalle : ce qu’elle dénonce dans le mouvement #MeToo

Béatrice Dalle avoue être du côté des femmes et comprend la majorité d’entre elles qui sont en état d’étonnement. En revanche, l’ami de Virginie Despentes estime que certains auraient surfé sur la vague sans être de véritables victimes. “J’en connais un, en particulier, qui était un ami, vous vous dites : ‘C’est vous qui avez lancé un mouvement comme ça ?’ Vous oubliez des choses. Je ne veux pas respecter ceux qui se comportent mal et qui ont pris parti pour ce mouvement. Après, vous voulez avoir un baiser utile, il n’y a pas de problème. C’est ta vie, mais après ne viens pas pleurer« . Une fois de plus, l’actrice n’a pas peur de dire ce qu’elle pense au risque de choquer.

A noter qu’une commission d’enquête sur les violences sexuelles dans le secteur du cinéma a été ouverte après un vote unanime des députés concernant sa création. Son objectif sera d’étudier les abus et les violences subis par les enfants et les adultes dans le secteur culturel.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV sa veuve Colette Laffont, son dernier amour, est morte
NEXT Ce portrait de Kate Middleton est unanimement contre lui