Pascal Praud dénonce l’expulsion de Raphaël Glucksmann du cortège du 1er-Mai

Pascal Praud dénonce l’expulsion de Raphaël Glucksmann du cortège du 1er-Mai
Pascal Praud dénonce l’expulsion de Raphaël Glucksmann du cortège du 1er-Mai

Par Laura Terrazas

Publié
il y a 16 minutes,

Mise à jour tout à l’ heure

Pascal Praud dans « L’heure des pros ».
Capture d’écran

VIDÉO – Le journaliste a commenté dans « L’heure des pros » sur CNews l’incident qui a empêché le candidat PS-Place publique de rejoindre la manifestation à Saint-Étienne ce mercredi.

Le 1er mai, des manifestations sont organisées dans toute la France. 121 000 personnes ont défilé selon les autorités, 45 personnes ont été arrêtées. Mais pour Raphaël Glucksmann, il y a eu un accrochage lors de sa journée de mobilisation.

Le candidat PS-Place publique a été empêché de rejoindre le cortège à Saint-Étienne après des jets de peinture et des insultes d’une cinquantaine de personnes. Certains manifestants criaient “Glucksmann, sors de là” Ou « La Palestine vivra ». L’homme politique a finalement renoncé à participer à la manifestation.

C’est étonnant. C’est de la haine.

Pascal Praud dans “L’heure des pros”

« Ciblé par des gens de gauche alors qu’a priori, il est de gauche »souligne Pascal Praud ce soir dans « L’heure des pros » sur CNews. « C’est étonnant. C’est de la haine. C’est de la haine contre Raphaël Glucksmann. Donc ce sont des gens de gauche, probablement d’extrême gauche, qui ont de la haine, la bave aux lèvres.”développe ensuite le journaliste avant d’inviter ses chroniqueurs à commenter à leur tour l’incident.

La journaliste Véronique Jacquier s’inquiète du fait que « des jeunes, des très jeunes qui ont de la haine ». “Ça en dit long sur une génération”conclut-elle avant d’être coupée par Pascal Praud. « Non, pas sur une génération. Ce sont de pauvres diables. Arrêtez de généraliser. C’est 100 personnes »contredit l’hôte.

La réaction de Glucksmann

Plus tard dans la journée, Raphaël Glucksmann a réagi sur ses réseaux sociaux, maudissant Jean-Luc Mélenchon, mais sans le nommer : « La violence ne passera pas ! Le 1er mai, nous sommes venus à Saint-Étienne pour soutenir les travailleurs du Casino. De petits groupes violents nous ont attaqués. Ces attaques sont le résultat de mois de haine et de calomnies savamment orchestrées par les Insoumis et d’autres..

VOIR ÉGALEMENT – « Moi, le protégé de Pascal Praud ? C’est une légende urbaine » : les confidences d’Eliot Deval, figure montante de CNews

« data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” >

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Léa Salamé a atomisé et jugé « problématiques », ces propos sur Juliette Binoche qui irritent les internautes
NEXT Maïka Desnoyers partage une photo d’elle enfant et elle est le sosie de sa fille