La loi sur la grève « parmi les priorités de la prochaine session du dialogue social » (Akhannouch)

La loi sur la grève « parmi les priorités de la prochaine session du dialogue social » (Akhannouch)
La loi sur la grève « parmi les priorités de la prochaine session du dialogue social » (Akhannouch)

JavaScript est désactivé ! Pourquoi voulez-vous le faire ? Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur Web !

Aziz Akhannouch a souligné, lors de la séance plénière consacrée aux réponses aux questions relatives à la politique générale, qu’«il n’est plus acceptable que notre pays, qui a accumulé un parcours démocratique exemplaire, reste sans loi organique régissant l’exercice du droit de grève.

Il a expliqué dans sa présentation que « après plus de soixante ans de reconnaissance constitutionnelle du droit de grève, et pour surmonter l’impasse dans laquelle se trouvait le débat sur l’organisation de l’exercice du droit de grève dans notre pays, nous avons décidé avec courage et responsabilité de réintroduire la loi organique sur les grèves dans la nouvelle session du dialogue social et soumettre son contenu au Parlement cette année« .

Ce que l’on déduit du discours du chef du gouvernement, c’est que le calendrier de la loi sur les grèves a encore changé. Puisqu’il était question, selon les termes de l’accord d’avril 2024 sur le dialogue social, de démarrer l’examen du projet de loi au Parlement en juillet 2024. La complexité du dossier et le rejet par les syndicats des propositions qui leur sont soumises sont-ils à l’origine de ce changement ?

En tout état de cause, Aziz Akhannouch exprime la « ferme conviction que l’exercice du droit de grève est une manière civilisée de défendre les libertés syndicales et de répondre aux revendications des travailleurs, tout en protégeant les droits de toutes les parties. Il doit être encadré et organisé par la loi, en adoptant une nouvelle philosophie qui garantisse des marges importantes à la liberté d’opinion et d’expression, tout en préservant la continuité de l’activité économique au sein des institutions et des entreprises marocaines ».

Réforme des retraites

Le chef du gouvernement a également indiqué qu’il est temps d’ouvrir un débat « sérieux et responsable » sur la réforme des régimes de retraite au Maroc, en accord avec les partenaires sociaux et économiques, « pour parvenir à des solutions satisfaisantes pour toutes les parties, qui prennent en compte les intérêts de la classe ouvrière et assurent la pérennité des fonds ».

Akhannouch a estimé, dans son exposé, que si la volonté politique partagée avec les partenaires sociaux et économiques a contribué à développer un modèle marocain de dialogue social et à accumuler des résultats très avancés en faveur de toutes les catégories sociales marocaines, « nous sommes aujourd’hui appelés à créer de nouveaux espaces avec des approches innovantes de dialogue, afin de rassembler des visions et des convictions pour répondre à certaines questions sociales urgentes ».

Il a souligné à cet égard que le dialogue social des deux dernières années a grandement contribué à l’amélioration des indicateurs de développement humain dans le Royaume, indiquant que la réforme des régimes de retraite, dont le gouvernement a discuté les principes fondamentaux avec les syndicats et les professionnels en vue de la présenter au Parlement, « fait partie intégrante du processus de consolidation et de renforcement des fondements de l’État social ».

Les principales figures du dialogue social

D’autre part, le chef du gouvernement a présenté, lors de son exposé, les conclusions des séances de dialogue social de son gouvernement avec les syndicats, soulignant que son administration « a réussi à conclure des accords sociaux sans précédent dans l’histoire des gouvernements marocains ». Ces accords comportent des engagements clairs visant principalement « l’amélioration des revenus dans les secteurs public et privé, le renforcement de la protection sociale au profit de la classe ouvrière et la protection contre toutes les fluctuations conjoncturelles et imprévues ».

Il a confirmé que la dernière session du dialogue social a abouti à un accord sur plusieurs points, notamment : « l’augmentation générale des salaires dans le secteur public de 1.000 dirhams nets en deux phases pour les catégories n’ayant pas encore bénéficié d’augmentation, la réduction de l’impôt sur le revenu (IR) pour tous les fonctionnaires et employés, pouvant atteindre jusqu’à 400 dirhams pour les catégories à revenus moyens, l’augmentation du SMIG de 10% lors de cette session, ainsi que l’augmentation du SMAG agricole de 10% lors de cette session également ».

Dans ce contexte, Akhannouch s’est félicité des résultats positifs du gouvernement avec ses partenaires sociaux et économiques, comme stipulé dans l’accord du 30 avril 2022, qui concerne les secteurs public et privé.

Concernant le secteur public, le chef du gouvernement a rappelé que le salaire minimum a été augmenté à 3.500 DH net, outre la suppression de l’échelle 7 pour les employés appartenant au corps des assistants administratifs et techniques, l’augmentation du quota de promotion des 33% à 36%l’augmentation des allocations familiales pour les quatrième, cinquième et sixième enfants dans les secteurs public et privé de 36 DH à partir de 100 DHet l’octroi de 15 jours de congé de paternité.

Concernant l’accord dans le secteur privé, Akhannouch a affirmé que le gouvernement a réussi à mettre en œuvre plusieurs engagements, notamment l’augmentation du salaire minimum dans les secteurs de l’industrie, du commerce et des professions libérales de 10% en deux tranches : 5% à partir du 1er septembre 2022 et 5% à partir du 1er septembre 2023.

En outre, le gouvernement a progressivement harmonisé le salaire minimum légal entre les secteurs de l’industrie, du commerce, des professions libérales et du secteur agricole, « en augmentant de dix% « En augmentant le salaire minimum du secteur agricole en septembre 2022 et de 5 % en septembre 2023, et en réduisant le nombre de jours de cotisation requis pour bénéficier de la pension de vieillesse de 3 240 à 1 320 jours. En outre, les assurés ayant atteint l’âge légal de la retraite et ayant moins de 1 320 jours de cotisation pourront récupérer la part des cotisations salariales et patronales. »

Vous avez un projet immobilier en tête ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser !

© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sans l’autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi, notamment la loi 88-13 relative à la presse et à l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives au droit d’auteur et aux droits voisins.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un haut responsable du Hamas annonce l’arrêt des négociations de cessez-le-feu – .
NEXT Météo lundi 15 juillet : attention aux orages !