La CAN, plus forte que l’Euro et la Copa America ! – .

La CAN, plus forte que l’Euro et la Copa America ! – .
La CAN, plus forte que l’Euro et la Copa America ! – .

C’est désormais un fait : la reine des compétitions africaines offre plus d’ingrédients que l’Euro et la Copa America réunis. Comment expliquer une évolution aussi extraordinaire et inattendue ?

En plus des matchs de l’Euro, il y a aussi ceux de la Copa America. Cela nous donne deux vitrines pour suivre l’évolution du football dans le monde. Une évolution qui peut être immédiatement calibrée par rapport aux dernières éditions de la CAN africaine et de la Coupe d’Asie des Nations.

Sans oublier, en plus, que le souvenir de la dernière Coupe du monde, celle du Qatar, est encore présent dans toutes les mémoires. Ce qui nous donne un joli résumé et panorama du football mondial.

Et que voyons-nous ? Prenons pour commencer l’euro allemand.

A l’approche des demi-finales, on peut déjà faire le point. L’Euro est censé être la compétition la plus disputée au monde. Car elle réunit les meilleurs des meilleurs. En Allemagne, cette « vérité » n’est pas vraiment vérifiée. Le meilleur buteur du tournoi s’appelle le CSC (nombre de buts contre son camp). En regardant la France, avec 3 petits buts en 5 matchs, et sans marquer le moindre but dans le jeu (1 penalty + 2 buts contre son camp), les Bleus sont en demi-finale. Pas terrible.

Comparons maintenant le dernier carré de l’Euro à celui de la Copa America. Que vaut un match comme Argentine-Canada, comparé à un France-Espagne ou Angleterre-Hollande ? En réalité, pas grand-chose. Car il n’y a pas de comparaison.

L’Argentine a beau être championne du monde en titre, se diriger vers un probable titre de « Copa » et compter sur certains des meilleurs attaquants du monde (Messi ou Lautaro), son jeu n’est pas très excitant. Un « piège » de joueurs au milieu de terrain, et quelques individualités qui se réveillent de temps en temps pour aller piquer l’adversaire. Efficace, certes, mais guère excitant.

Pour résumer, la Copa America ne vaut pas l’Euro… Quel Euro n’est pas ou plus au niveau attendu.

Continuons le jeu des comparaisons utiles. La Coupe d’Asie, dont la dernière édition a souri au Qatar, a été très animée et agréable à regarder. Mais le niveau technique reste faible. Ce n’est pas un hasard si le Qatar, qui a traversé la dernière Coupe du monde comme un fantôme, domine cette compétition depuis deux éditions. Cela montre le niveau technique et tactique de cette Coupe d’Asie, agréable mais limité.

Aucune de ces compétitions ne peut rivaliser avec la dernière CAN, organisée et remportée par la Côte d’Ivoire. On y a vu des duels titanesques. Avec des scénarios fous, du suspense, de l’émotion. Sans oublier un arbitrage impeccable et une organisation irréprochable, avec de beaux stades et de belles prouesses techniques.

La CAN, dont la prochaine édition est organisée par le Maroc, a fait des pas de géant. Techniquement, mais aussi physiquement, le niveau était si élevé que les Lions de l’Atlas, 4e du Mondial au Qatar, ont été éliminés en huitièmes de finale. Quant à des équipes comme la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la RDC ou l’Afrique du Sud, nul doute qu’elles auraient fait bonne figure face à la Turquie, la Hongrie ou la Géorgie.

C’est la première fois que la CAN donne l’impression d’être encore plus compétitive que l’Euro ou la Copa. Cette impression va-t-elle perdurer ? Personne ne le sait. Ce qui est sûr, c’est que la force de la CAN réside dans ses joueurs, qui évoluent dans les meilleurs clubs européens.

Ce n’est malheureusement pas le cas de la Ligue des champions africaine, qui s’apparente davantage au CHAN qu’à la CAN. La différence est énorme et l’écart ne cesse de se creuser d’année en année.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Retour imminent de Thiago Alcantara au Barça – FC Barcelone – .
NEXT Le meilleur arbitre européen explique pourquoi le positionnement est important – .