un photomontage revisite « La Pêche Miraculeuse » – .

un photomontage revisite « La Pêche Miraculeuse » – .
un photomontage revisite « La Pêche Miraculeuse » – .

Un photomontage revisite « La Pêche miraculeuse »

L’artiste genevois Jean Stern réinterprète le célèbre retable de Konrad Witz à travers un photomontage. L’œuvre est exposée sur la façade du temple pendant les travaux.

Publié aujourd’hui à 13h59

Abonnez-vous maintenant et profitez de la fonction de lecture audio.

BotTalk

Elle s’est déroulée comme un leporello sous l’horloge monumentale qui orne l’attique du temple des Fusterie. Intitulé « Déplié », ce photomontage de 5 mètres sur 12 revisite dans un esprit contemporain un tableau majeur du patrimoine artistique genevois, « La Pêche miraculeuse », qui enregistre un mélange d’épisodes évangéliques dans la rade de Genève et constitue la première représentation d’un paysage topographiquement exact dans la peinture européenne.

Commandé par le Fondation 1907 et l’Eglise protestante de Genève (EPG), propriétaire du monument, cette réalisation artistique a été conçue par Jean Stern, Anouk Dunant Gonzenbach, auteur de «Un tableau mais pas seulement. La pêche miraculeuse de Konrad Witz» et le pasteur Jean-Michel Perret dans le cadre de «Sans le seuil», un ministère de l’EPG qui entend repenser le sacré, au moyen d’événements décalés, dans des lieux publics porteurs de sens.

Baptême dans les eaux

Le plasticien genevois a découpé le retable exécuté en 1444 par Konrad Witz en quatre sections, avec lesquelles il a alterné des scènes photographiques contemporaines se déroulant face aux mêmes montagnes sur la même rive des Pâquis – un baptême dans les eaux du Petit Lac en 2015, par exemple – ainsi qu’un fragment du « Lac Léman » de Ferdinand Hodler, datant de 1915.

« Il s’agit d’une réactualisation d’une réinterprétation de « La Pêche miraculeuse » que j’avais réalisée aux Bains des Pâquis il y a neuf ans, explique Jean Stern, né en 1954 et longtemps professeur à la Haute École d’art et de design (HEAD). J’ai souhaité conserver l’image du baptême, une pratique vieille de 2000 ans, qui apparaît ici sous un jour très contemporain. »

Jouant sur l’anachronisme, « Déplié » associe donc plusieurs époques, pourtant liées par la continuité de la ligne des montagnes : le récit biblique du début de notre ère, le moment où Konrad Witz peint le tableau à la Renaissance, et les rives du lac Léman d’aujourd’hui. Il s’amuse aussi à faire dialoguer ces diverses temporalités à travers plusieurs échos formels.

La signification de l’image

Tandis que le Jésus du chef-d’œuvre marche sur l’eau, deux jeunes filles saisies par l’objectif de l’artiste genevois avancent pieds nus dans les vagues. Le pêcheur représenté par le pinceau dans les vagues répond à la photo du bain baptismal, et le panorama hodlérien dialogue idéalement avec celui de Witz, exprimant implicitement l’immuabilité de l’intérêt esthétique de ces lieux aux yeux des peintres suisses à travers les âges.

« Accrocher ce projet dans l’espace public permet de rendre visible au plus grand nombre un tableau qui, autrement, devrait être exposé au Musée d’art et d’histoire », explique Jean Stern. « C’est aussi l’occasion de questionner le sens des images religieuses et patrimoniales dans la ville. »

Le photomontage sera visible jusqu’à la fin des travaux, prévue en principe en 2027. En raison de ce long temps de pose, une réflexion sérieuse a été menée pour trouver le support adéquat. Imprimé sur des adhésifs collés sur des panneaux de chantier en bois, il devrait résister aux intempéries.

Vous avez trouvé une erreur ? Merci de nous la signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’Argentine participera aux demi-finales de la Copa America – .
NEXT La Conmebol ouvre une enquête sur les incidents entre l’Uruguay et la Colombie – .