Barrage de roquettes du Hezbollah sur Israël, négociations attendues sur Gaza – .

Barrage de roquettes du Hezbollah sur Israël, négociations attendues sur Gaza – .
Barrage de roquettes du Hezbollah sur Israël, négociations attendues sur Gaza – .

Keystone-SDA

Ce contenu a été publié le

05 juillet 2024 – 00:39

(Keystone-ATS) Le Hezbollah libanais a tiré jeudi plus de 200 roquettes et drones explosifs sur des positions militaires israéliennes, faisant craindre une nouvelle guerre dans la région, à un moment où la guerre dans la bande de Gaza se poursuit sans relâche.

Dans le même temps, après des mois de blocage, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a décidé d’envoyer une délégation pour de nouvelles négociations sur un cessez-le-feu et la libération des otages détenus depuis le 7 octobre à Gaza, au lendemain de l’annonce par le Hamas de nouvelles “idées” pour un accord.

Le chef du Mossad israélien, David Barnea, est en route pour le Qatar, l’un des médiateurs dans le conflit de Gaza, a indiqué jeudi soir une source proche des discussions, un responsable américain évoquant une “opportunité importante”.

En réponse à l’attaque sans précédent menée le 7 octobre par le Hamas contre Israël, l’armée israélienne a lancé une offensive d’ampleur contre la bande de Gaza, où le mouvement islamiste palestinien est au pouvoir depuis 2007.

Le lendemain, le Hezbollah pro-iranien, en soutien au Hamas, a ouvert un front avec son voisin israélien et depuis, les échanges de tirs dans les zones frontalières sont quotidiens, gagnant parfois en intensité et couplés à une rhétorique belliqueuse.

Plus de 200 roquettes

Jeudi, le mouvement libanais a affirmé avoir tiré « plus de 200 roquettes » et drones explosifs, notamment sur des positions militaires dans le nord d’Israël et sur une partie du Golan syrien occupée par Israël, au lendemain d’un premier barrage de roquettes.

Les tirs, a-t-il déclaré, ont été perpétrés en réponse à l’assassinat par Israël d’un de ses commandants dans le sud du Liban mercredi.

Après avoir signalé des alertes dans tout le nord d’Israël, jusqu’au Golan occupé, l’armée israélienne a indiqué avoir identifié “environ 200 projectiles”. La plupart ont été interceptés et des chutes de débris ont provoqué des incendies dans plusieurs zones.

Un soldat a été tué par des tirs de roquettes dans le nord d’Israël, a indiqué une source militaire.

En représailles, l’armée a mené des frappes contre des « installations militaires » dans le sud du Liban. « Dans la campagne acharnée contre le Liban, nous avons établi un principe : quiconque nous fait du mal est un homme mort », a déclaré M. Netanyahu lors d’une visite au quartier général de l’armée de l’air à Tel-Aviv.

“Où aller?”

Les États-Unis, principal allié d’Israël, ont averti qu’une guerre entre Israël et le Hezbollah pourrait déclencher un « conflit régional ».

Selon la Défense civile, sept personnes ont été tuées jeudi dans des frappes israéliennes, dont cinq dans une école de la ville de Gaza, dans le nord du territoire palestinien assiégé et bombardé par Israël depuis près de neuf mois.

Les combats se poursuivent principalement dans le district de Shujaiya, dans la ville de Gaza, et à Rafah, dans le sud, où un ordre d’évacuation israélien émis lundi fait craindre une nouvelle offensive majeure.

Des témoins ont fait état de frappes aériennes intenses, de tirs d’artillerie et de combats à Rafah. Ces dernières semaines, les combats ont repris dans plusieurs zones que l’armée avait déclaré contrôler, notamment à Shujaiya.

Depuis l’ordre d’évacuation, des dizaines de milliers de Palestiniens ont quitté les zones de l’est de Rafah et de Khan Younis, à nouveau jetés sur les routes du territoire dévasté, en quête d’eau, de nourriture et d’abris.

« Nous sommes partis mais nous ne savons pas où aller », a déclaré Oum Malek Al-Najjar, qui a quitté l’est de Khan Younis avec ses enfants.

“Beaucoup à faire”

Dans le territoire palestinien, en proie à une catastrophe humanitaire, 1,9 million de Gazaouis, soit 80% de la population, sont désormais déplacés, selon l’ONU.

Alors que toutes les tentatives pour parvenir à un accord de trêve à Gaza ont échoué ces derniers mois, le bureau de M. Netanyahu a annoncé que « le Premier ministre a informé le président (américain Joe) Biden de sa décision d’envoyer une délégation pour poursuivre les négociations pour la libération des otages ».

M. Biden a salué la décision de M. Netanyahu.

Les derniers éléments fournis par le Hamas « pourraient servir de base à un accord », a déclaré un haut responsable américain s’exprimant sous couvert d’anonymat. Mais « il reste encore beaucoup à faire sur certaines étapes de mise en œuvre », a-t-il dit, prévenant que cela serait « difficile ».

Jusqu’à présent, les belligérants ont maintenu des positions inflexibles.

Benjamin Netanyahu affirme vouloir poursuivre la guerre jusqu’à « la destruction du Hamas et la libération de tous les otages ». Et le Hamas exige un cessez-le-feu permanent et un retrait israélien complet de Gaza avant tout accord sur la libération des otages.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Guerre en Ukraine, jour 868 | Trois morts dans des attaques nocturnes russes
NEXT Vingegaard remporte la 11e étape devant Pogacar – .