avec les retraits, place au « macron-mélenchonisme » – .

avec les retraits, place au « macron-mélenchonisme » – .
avec les retraits, place au « macron-mélenchonisme » – .

L’ÉDITORIAL DU FIGARO – L’exécutif a finalement accepté un accord avec LFI. Il n’a cependant pas eu de mots assez durs contre le Nouveau Front populaire, une coalition «immigrationniste», « antisémite », Ou « Nous sommes parmi les fous».

Une vidéo de rap anti-Rassemblement national circule sur les réseaux sociaux. Truffée de propos violents, sexistes, insultants et antisémites, cet appel au meurtre relève moins du débat politique que d’un procès pénal. Et, quoi que ses auteurs puissent penser pour se justifier, cette pièce abjecte a le mérite de montrer jusqu’où peut mener la haine de l’autre.

Dans un tout autre registre, à la gauche de la gauche, où l’on craint l’arrivée du « fascisme à Matignon », il y a une autre voix qui mène le combat. Mais celle-ci est mûrement réfléchie, travaillée, mise en scène. C’est celle d’un homme qui travaille sans doute moins à faire triompher son camp qu’à préparer son propre avenir, dans trois ans. Dimanche soir, place de la République à Paris, Jean-Luc Mélenchon a été le premier à appeler à faire barrage au RN et à se retirer en cas de lutte à trois au second tour des législatives.

Plusieurs candidats de la majorité se retireront ou pourraient profiter de ce désordre électoral

Flanquée de l’activiste pro-palestinienne Rima Hassan, les épaules couvertes d’un keffieh, et le verbe toujours…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 54% à découvrir.

Vente flash

1€ par mois pendant 3 mois. Sans engagement.

Déjà abonné ? Connectez-vous

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Murat Yakin maintient la flamme vivante – .
NEXT Marine Tondelier écartée par le RN au second tour – Libération – .