« Le macronisme, c’est fini », affirme François Hollande

« Le macronisme, c’est fini », affirme François Hollande
« Le macronisme, c’est fini », affirme François Hollande

« Le macronisme, c’est fini. Si jamais ça a existé, mais c’est fini (…). Ce qu’il a pu, à un moment donné, représenter, c’est fini», a déclaré l’ancien président (2012-2017), candidat dans la Corrèze, département du centre-ouest de la France dont il était déjà député.

Assurant qu’il n’a aucune vengeance à prendre, M. Hollande, 69 ans, affirme n’avoir aucune « hostilité particulière » à l’égard de son ancien conseiller à l’Elysée et ministre de l’Économie (2014-2016). «Je n’ai aucun compte à régler. Pas du tout. Tout cela est passé», promet-il.

Constatant le « dysfonctionnement » du système politique, déterminé à bousculer les clivages traditionnels droite-gauche et sans parti structuré derrière lui, Emmanuel Macron quitte le gouvernement en 2016 pour se présenter l’année suivante à la présidentielle, qu’il remportera. face à la candidate d’extrême droite Marine Le Pen.

L’ancien président François Hollande est de retour en campagne, avec l’élection présidentielle en ligne de mire : « Il a beaucoup de défauts mais c’est un très bon homme politique »

De son côté, François Hollande, très impopulaire, a renoncé à se présenter en 2017, certains commentateurs le qualifiant de victime du « patricide » du jeune Emmanuel Macron – élu à 39 ans – et de son ambition présidentielle.

M. Hollande explique avoir décidé de revenir sur la scène électorale après l’annonce par M. Macron de la dissolution surprise de l’Assemblée nationale au lendemain du succès du Rassemblement national (extrême droite) aux élections européennes.

L’ancien président a déclaré s’être alors demandé : “Que dois-je faire dans cette circonstance où l’extrême droite pourrait arriver au pouvoir demain, ou très près du pouvoir si l’on en croit les estimations, et avec un autre risque qui est celui de l’instabilité, c’est-à-dire qu’aucune majorité ne se dégage au lendemain de l’élection ?

Elections législatives anticipées en France : trois blocs sortent du chaos

Désormais quatrième personnalité politique préférée des Français, M. Hollande affirme n’avoir « pas » d’autre ambition. « J’ai déjà été président, pourquoi redevenir député ? Il n’y a pas d’élection présidentielle. Quel serait le but? J’aurais très bien pu, si j’avais eu, par exemple, un objectif pour 2027, me dire : ‘je vais attendre (…) regarder le chaos pour éventuellement être un recours’ Mais ça ne marche plus ».

M. Hollande estime néanmoins qu’il ne sera “pas un député comme les autres” : “(…) quel que soit le résultat du vote, compte tenu de la position qui a été la mienne, compte tenu aussi de l’expérience qui a été la mienne, je serai être un député à la fois vigilant et engagé dans la recherche de solutions.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Cette nouvelle tendance TikTok mettra les jeunes en danger cet été – .
NEXT Samuel Cogolati et Marie Lecocq sont les nouveaux coprésidents d’Écolo – .