Coqueluche – Recrudescence des cas en France

Coqueluche – Recrudescence des cas en France
Coqueluche – Recrudescence des cas en France

La coqueluche est une infection respiratoire causée par une bactérie. Elle est très contagieuse et provoque des quintes de toux caractéristiques et une reprise d’une respiration bruyante (appelée chant du coq). Les jeunes nourrissons sont particulièrement à risque de développer des formes graves (coqueluche maligne, crises asphyxiantes). Sa transmission se produit principalement dans la famille ou dans les communautés par contact avec une personne malade présentant une toux non diagnostiquée.

Même si le nombre de cas de coqueluche a sensiblement diminué depuis l’introduction du vaccin, une reprise de la circulation de la bactérie pourrait s’intensifier dans les prochains mois au vu des données épidémiologiques actuelles. Les nourrissons non encore vaccinés, ainsi que les adolescents et adultes, moins bien protégés s’ils n’ont pas bénéficié de rappels récents, sont les populations les plus touchées. Hors des frontières françaises, l’Europe connaît actuellement une recrudescence des cas avec des épidémies importantes au Royaume-Uni, en Croatie ou au Danemark et des hausses significatives en Belgique, en Espagne et en Allemagne.

La vaccination, seul moyen de protection contre la coqueluche

Si les nourrissons de moins de 6 mois sont les plus exposés à des complications et des formes graves de la maladie et à un risque de décès, les personnes âgées et certaines personnes immunodéprimées font également partie des personnes potentiellement à risque de formes graves et/ou compliquées.

Ainsi la politique de vaccination contre la coqueluche repose sur 3 stratégies complémentaires :

  • Primo-vaccination précoce et obligatoire des nourrissons dès l’âge de 2 mois et administration de rappels itératifs recommandée jusqu’à l’âge adulte ;
  • Vaccination des femmes enceintes à partir du deuxième trimestre de la grossesse ;
  • En l’absence de vaccination de la mère pendant la grossesse, la vaccination des personnes susceptibles d’être en contact étroit avec le nourrisson au cours de ses 6 premiers mois de vie (stratégie dite de cocooning).

De plus, la vaccination est également recommandée pour les populations suivantes :

  • Les personnes identifiées à risque de développer une forme grave, notamment les personnes immunodéprimées ou souffrant d’une maladie respiratoire chronique (asthme, bronchopneumopathie chronique obstructive, etc.),
  • Les professionnels de santé sont également visés par ces recommandations :
    • Les professionnels de soins dans leur ensemble, y compris dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ;
    • Les personnes travaillant en contact étroit et répété avec des nourrissons de moins de 6 mois (services de maternité, de néonatologie et de pédiatrie) doivent être vaccinées en priorité ;
    • Étudiants en médecine et paramédical ;
    • Professionnels de la petite enfance dont les assistantes maternelles ;
    • Les personnes qui font régulièrement du babysitting.

Professionnels de santé, pensez à signaler la coqueluche

La coqueluche n’est pas une maladie à déclaration obligatoire mais les cas doivent être déclarés à l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine dès qu’une situation apparaît l’exiger et :

  • Dans le cadre de la déclaration des infections nosocomiales (une infection nosocomiale est une infection contractée lors d’un séjour dans un établissement de santé) ;
  • Lorsque des cas groupés surviennent (à partir de 2 cas) qu’ils soient au sein des familles ou des communautés.

Rapport à faire au point focal régional :

Lire la transcription textuelle
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV découvrez tous les candidats dans les trois circonscriptions de l’Allier
NEXT L’Angleterre commence sa campagne pour l’Euro avec une victoire 1-0 contre la Serbie