L’ONU prévient que le système de santé de Gaza est « à genoux »

Avec seulement 12 hôpitaux sur 36 partiellement fonctionnels à Gaza, OCHA affirme que l’infrastructure sanitaire est « loin d’être suffisante » pour prendre en charge des dizaines de milliers de blessés de guerre.

Avec seulement douze hôpitaux sur 36 partiellement fonctionnels à Gaza, le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) affirme que même si des hôpitaux de campagne supplémentaires étaient développés, l’infrastructure sanitaire est « loin d’être suffisante » pour faire face aux dizaines de milliers de blessés de guerre,

Yasmina Guerda, responsable des affaires humanitaires à OCHA à Gaza, a déclaré : « Le système de santé est à genoux » à Gaza.

Fermer la publicité

« Beaucoup ont perdu des membres, beaucoup ont subi des traumatismes crâniens et des milliers ont perdu leur capacité auditive à cause des explosions constantes. » elle a ajouté.

En outre, « Des attaques constantes ont été lancées contre des établissements de santé, en particulier des hôpitaux, en violation directe du droit international humanitaire. »

Une professionnelle de la santé a déclaré qu’elle et son équipe avaient été attaqués alors qu’ils quittaient l’hôpital par un « itinéraire sûr », ajoutant qu’elle espérait pouvoir quitter Gaza pour poursuivre son traitement.

Le camp de Muwasi fait face à des risques sanitaires

Des dizaines de milliers de Palestiniens déplacés dans le camp de Muwasi, au nord du pays, vivent parmi des tas d’ordures et souffrent de nombreuses maladies.

La zone, qu’Israël a désignée comme zone de sécurité, est devenu très surpeuplé ces dernières semainesalors qu’Israël étend ses opérations dans la ville méridionale de Rafah.

Au milieu des tentes, des montagnes de déchets s’accumulent sous le soleil d’été. Les habitants affirment que ces déchets provoquent des maladies.

« À cause de ces déchets, nous emmenons les enfants au centre médical tous les jours, mais en vain », a déclaré Shifa Barbakh. Elle a ajouté que son enfant souffrait d’hépatite, mais qu’elle n’avait même pas les moyens de se procurer une nourriture de base.

Les livraisons d’aide à Gaza se sont largement taries ces dernières semaines suite à l’invasion israélienne de Rafah.

Selon l’UNRWA, l’agence des Nations Unies qui vient en aide aux réfugiés palestiniens, Muwasi abrite au moins 450 000 Palestiniens déplacés. Le camp côtier, très dégradé, ne dispose pas des installations de base comme des puits ou des toilettes.

« La vie ici est très fatigante, et à cause des ordures, nous ne pouvons pas dormir, à cause de l’odeur, et les camions vont et viennent 24 heures sur 24. » » a déclaré Maliha Al-Nimnim.

Elle s’inquiète pour sa fille handicapée qui a développé une maladie de peau. « Les mouches sont présentes 24h/24 à l’intérieur des tentes », Elle ajoute.

Aide sur place, mais problèmes de distribution

Aucune des 569 tonnes d’aide humanitaire arrivées sur un quai construit par les États-Unis à Gaza n’a été distribuée aux Palestiniens affamés.s, selon le Pentagone.

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies prévient que les opérations humanitaires à Gaza sont sur le point de s’effondrer et que si la nourriture n’arrive pas rapidement en grande quantité, « Des conditions proches de la famine vont se propager. »

Israël a lancé son offensive après l’attaque menée par le Hamas le 7 octobre, au cours de laquelle des militants ont pris d’assaut le sud d’Israël, tuant environ 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et en kidnappant quelque 250 autres.

La guerre a tué au moins 35 000 Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza, qui ne fait pas de distinction entre combattants et civils.

Environ 80 % des 2,3 millions de Palestiniens ont été déplacés à l’intérieur du pays, souvent à plusieurs reprises.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT La princesse Astrid commence sa mission économique en Norvège