Kiev suggère aux Occidentaux d’abattre les missiles russes depuis leur territoire, « si vous ne voulez pas le faire, fournissez-nous tous les moyens nécessaires »

Kiev suggère aux Occidentaux d’abattre les missiles russes depuis leur territoire, « si vous ne voulez pas le faire, fournissez-nous tous les moyens nécessaires »
Kiev suggère aux Occidentaux d’abattre les missiles russes depuis leur territoire, « si vous ne voulez pas le faire, fournissez-nous tous les moyens nécessaires »

Nous célébrons le vingtième anniversaire du dernier élargissement majeur. L’Europe doit-elle poursuivre son expansion ?

Je suis réservé. Je n’aime pas toute cette excitation soudaine. Aujourd’hui, dans certains États membres, le salaire moyen est trois fois inférieur au nôtre. C’est même parfois quatre, cinq ou six fois moins. Il existe un dumping social qui constitue un drame interne à l’Union européenne et aucune action n’est prise à cet égard. Ensuite, il y a les valeurs : les pays prêts à entrer doivent garantir l’État de droit, garantir les libertés, l’indépendance totale de la justice, etc. On ne peut pas parler d’élargissement parce que du coup il y a la guerre en Ukraine. L’élargissement, oui, mais pas n’importe comment. Aujourd’hui déjà, la question des valeurs se pose. Il existe encore plusieurs pays dotés de gouvernements où siège l’extrême droite. Nous devons avoir une possibilité quasi automatique de sanctionner et de sanctionner davantage. Cette règle des décisions unanimes doit également disparaître.

Pour quels domaines devrait-il disparaître ?

Pour tout le monde. Pour les domaines fiscal, social et environnemental. C’est pourquoi je plaide toujours pour qu’il y ait une dynamique de convergence. Nous n’arriverons pas à une harmonisation fiscale, à une harmonisation des cotisations sociales du jour au lendemain. Si on disait qu’il faut y arriver sur 20 ou 30 ans, en matière de délocalisation, les entreprises y réfléchiraient à deux fois.

Faut-il d’abord réformer l’Europe avant de l’élargir ?

Pour les Européens d’aujourd’hui et pour nos jeunes, c’est fondamental. Nous devons avoir une Europe où il existe partout un niveau de vie de qualité. Le libre marché recèle des poches de pauvreté terrible dans notre pays, dans notre région, mais aussi en France, en Italie. A en entendre à la commission, tout va bien Madame Marquise, Non, tout ne va pas bien.

N’est-ce pas un vœu pieux ? L’Europe existe depuis des décennies et ces poches de pauvreté subsistent. Il est malheureusement probable que ce soit encore le cas dans dix ans, dans vingt ans ?

C’est le péché originel avec le vice originel : il n’y a pas d’équité fiscale, pas d’équité sociale. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut obtenir en un an. Ce serait une révolution dans les pays qui veulent entrer. Mais au moins les faire converger sur un certain nombre d’années ; Cela n’a rien de scandaleux, mais quand on en parle, c’est comme un sacrilège.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Corentin Moutet fait le show et se qualifie pour les huitièmes de finale