Charles Michel exprime les condoléances de l’UE après le décès du président iranien et lance une polémique : « Honte à vous !

Le président du Conseil européen Charles Michel et le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell ont exprimé les « condoléances » de l’UE après le décès du président iranien Ebrahim Raïssi, suscitant des réactions d’indignation sur les réseaux sociaux.

« L’UE exprime ses sincères condoléances pour le décès du président Raïssi et du ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdolahian, ainsi que d’autres membres de leur délégation et de leur équipage, dans un accident d’hélicoptère. Nos pensées vont aux familles”, a déclaré Charles Michel lundi matin sur le réseau social.

Un peu plus tard, Josep Borrell a publié un communiqué dans lequel « l’Union européenne présente ses condoléances » après ce « tragique accident d’hélicoptère ». Ces messages ont suscité des réactions scandalisées sur les réseaux sociaux, de la part d’élus, de dirigeants politiques et d’anonymes, dont certains ont utilisé le mot-clé “pas en mon nom”.

« Pouvez-vous regarder dans les yeux les femmes courageuses et les combattants de la liberté d’Iran ? (…) Honte à vous », a réagi sur X le député européen suédois David Lega (PPE, droite). L’ancien secrétaire d’État belge Theo Francken (N-VA, nationalistes flamands) a également dénoncé « les condoléances européennes pour la mort d’un boucher et d’un cruel meurtrier de masse.” “Pas en mon nom”, a également indiqué sur X le leader d’extrême droite néerlandais Geert Wilders.

La veille, l’UE avait activé son système de cartographie pour aider l’Iran à retrouver l’hélicoptère, en réponse à une demande de ce pays. Mais cette annonce du commissaire européen chargé de l’aide humanitaire, Janez Lenarcic, qui a utilisé le mot-clé « solidarité européenne » avait déjà suscité de vives critiques.

“Quel misérable hashtag, quelle moquerie envers les courageux défenseurs des droits de l’homme en Iran”, a réagi Marie-Agnès Strack-Zimmermann, députée allemande du parti libéral FDP et candidate aux élections européennes. Le commissaire européen Janez Lenarcic s’est justifié lundi, indiquant que l’activation “sur demande” du système satellite Copernicus “pour faciliter une opération de recherche et de sauvetage n’est pas un acte de soutien politique à un régime”. “C’est simplement une expression de l’humanité la plus fondamentale”, a-t-il déclaré.

L’Iran est visé par les sanctions de l’UE en raison de ses activités nucléaires, de son soutien militaire à la guerre russe contre l’Ukraine et des violations des droits de l’homme dans ce pays. Ils ont été renforcés après la répression des manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini, une jeune femme arrêtée pour non-respect du code vestimentaire strict de la République islamique. Johan Floderus, diplomate suédois travaillant pour l’UE, est actuellement détenu en Iran où il risque la peine de mort pour espionnage.

charles michel

(function(d, s, id){ var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if(d.getElementById(id)) {return;} js = d.createElement(s); js.id = identifiant; js.src=”https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’)); //–>

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Maroc attaché aux valeurs de coexistence
NEXT Futur hôpital de Vaudreuil-Soulanges | Un colosse qui prend forme