le ministre fédéral de la Mobilité révèle le coût annuel des embouteillages en Belgique

Georges Gilkinet, vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité était l’invité de l’émission « Rendez-vous » ce dimanche. On a notamment parlé du dossier « Carrefour Léonard » et de l’enfer que vivent les automobilistes depuis maintenant plusieurs semaines. Pour l’écologiste, c’est “un carton rouge” pour la ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters, qui « j’ai oublié de mettre le dossier à l’ordre du jour »il a dit.

« Nous avons plutôt bien travaillé ensemble depuis le début de la législature. C’est là le caractère un peu frustrant et paradoxal de la situation, puisque nous nous voyons chaque semaine avec les quatre ministres de la Mobilité. C’est quelque chose que je souhaitais. Nous avons réalisé de beaux projets en termes de vélo, en termes de sécurité routière, en termes de transports en commun. Mais carton rouge pour Lydia Peeters, car la Région flamande a oublié de mettre ce sujet à l’ordre du jour. “a-t-il déclaré sur le plateau de Rendez-vous.

Même s’il reconnaît que parfois, certaines œuvres sont “urgent” à réaliser, il estime que les différents ministres auraient pu anticiper davantage ces travaux. Résultat? Des kilomètres d’embouteillages, quasi quotidiens, pour les automobilistes. « La situation n’est agréable pour personne »ajoute Georges Gilkinet, qui a tout de même tenu à communiquer un chiffre qui lui tient vraiment à cœur : «Les embouteillages nous coûtent en Belgique plus de 4 milliards d’euros par an.»

Comment expliquer ce chiffre ? « Il y a des ouvriers au volant qui sont payés pour ne rien faire, pour être immobiles. Il y a des capitaux immobiles. Il s’agit d’une évaluation très sérieuse de la FEB. C’est pourquoi depuis quatre ans, nous essayons d’avoir plus de monde dans les trains, plus de marchandises transportées par train, parce que c’est bon pour l’environnement, l’économie et la mobilité. Mais voilà, carton rouge pour le carrefour Léonard. certains tentent de pointer la responsabilité des trois ministres écologiques de la Mobilité. Mais c’est le quatrième, en l’occurrence libéral. Mais je ne veux pas l’accabler car nous avons bien travaillé ensemble. , c’est elle qui est responsable.conclut-il.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les députés restants ont participé à des activités d’ingérence étrangère, dit Singh
NEXT La Nuit des musées et des espaces culturels revient pour une 3e édition, le 21 juin