Isabelle Moret | 24 heures – .

Isabelle Moret | 24 heures – .
Isabelle Moret | 24 heures – .

Isabelle Moret

Publié aujourd’hui à 11h08

Elle s’exprime dans la station, mardi à «19h30», quatre minutes et huit secondes, d’Isabelle Moret, ministre de l’Économie du canton de Vaud. Cent quatre-vingts emplois sont supprimés à Saint-Prex, où la verrerie historique appartenant au groupe Vetropack fermera ses portes en août. Cela fait beaucoup de monde, 180 licenciés : autant de familles, et une cascade de milliers et de milliers de personnes « impactées », selon le jargon délicat, dans une seule région. Cela devrait susciter des interrogations, de la colère, de la tristesse, et surtout un peu d’empathie de la part du ministre.

Rien de tout cela n’arrive avec Isabelle Moret. Après les cinquante-six premières secondes, où elle a parlé sans reprendre son souffle, elle a dit que nous avions « tout essayé ». Elle vient de détailler avec qui elle a négocié, syndicats et patronats, évoqué un soutien « massif », et souligné la belle marche scolaire qu’elle a organisée. à Berne, pour que la direction de Vetropack rencontre, ce qui est trop cool, Guy Parmelin et Albert Rösti. On imagine leurs regards obliques sur les dirigeants de Vetropack, dont la décision était prise (c’est une technique, on fait semblant d’écouter les gens pendant deux mois, et puis on ferme comme prévu). Ont-ils pris des selfies ?

Après deux minutes et trente-quatre secondes, sans encore un mot pour ceux qui sont expulsés après avoir passé leur vie dans l’entreprise, elle affirme qu’il y aura une « suite ». Cela leur fera du bien si Mme Moret les suit. On aurait préféré qu’elle gouverne, et donc planifie.

Nous arrivons à trois minutes et trente-six secondes. Philippe Revaz a tenté de la pousser sur le thème de « l’impuissance politique », elle n’a pas répondu, a continué son score en bonne élève, façon communicative de Vetropack : concurrence internationale, le nouveau four écologique trop cher, les conditions-cadres pleins de méchantes taxes. Bref, elle conclut : “On a tout donné !” Il lui faut encore quinze secondes pour lâcher ce vulgaire gros mot : « Solidarité ». Ah oui, oups : les salariés. Nous pensons à vous. Et puis on passe à la politesse.

Il ne s’agit pas ici d’ironiser sur Isabelle Moret, une femme politique sans colère ni révolte, ni d’un problème de droite ou de gauche. Je ne crois pas du tout que Saint Pierre-Yves ou Aladdin Broulis auraient pu faire mieux. Mais son passage à « 19h30 » est une sorte d’affaire d’école de communication : elle n’a pas donné un instant le sentiment d’inquiétude pour les 180 salariés, à qui l’on promet un plan social secoué comme une madeleine aux enfants.

Parce qu’elle était venue défendre un seul et unique métier, le sien, celui de ministre, en râlant pendant ces quatre minutes qu’elle venait à peine de faire. Vetropack a réalisé 899 millions de chiffre d’affaires en 2023. Et une hausse du bénéfice, bien que Saint-Prex ne soit pas rentable, de plus de 63 millions de francs. Tout cela était bien sûr « inévitable », comme on dit.

Christophe Passernée à Fribourg, travaille au Matin Dimanche depuis 2014, après avoir travaillé notamment au Nouveau Quotidien et à L’Illustré. Plus d’informations

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Vol massif de données chez Desjardins
NEXT SÉNÉGAL-CONFLIT MONDIAL / À Gaza, Israël commet des crimes contre l’humanité, selon les enquêteurs de l’ONU – Agence de presse sénégalaise – .