« Oh, Canada », les retrouvailles mélancoliques de Russell Banks et Paul Schrader

« Oh, Canada », les retrouvailles mélancoliques de Russell Banks et Paul Schrader
« Oh, Canada », les retrouvailles mélancoliques de Russell Banks et Paul Schrader

Publié le 18 mai 2024 à 07h09. / Modifié le 18 mai 2024 à 10h00.

En 1997, Russell Banks est adapté à deux reprises : tandis qu’Atom Egoyan signe De beaux lendemainsPaul Schrader taclé Affliction. Un an après sa mort, l’écrivain américain revient sur les écrans avec une adaptation posthume de Oh, le Canada (Renoncé), du même Schrader. Des retrouvailles qui semblaient inévitables, tant ce roman en partie autobiographique, évoquant le poids de la culpabilité aux portes de la mort, a de quoi intéresser le scénariste (pour Scorsese notamment) et réalisateur, qui tourne ici son 24e film.

A propos du roman, lisez également notre article : La puissante confession métaphysique de Russell Banks

Intéressé par cet article ?

Pour profiter pleinement de notre contenu, abonnez-vous ! Jusqu’au 31 mai, profitez de près de 15 % de réduction sur l’offre annuelle !

CONSULTER LES OFFRES

Bonnes raisons de s’abonner au Temps :
  • Accès illimité à tout le contenu disponible sur le site.
  • Accès illimité à tous les contenus disponibles sur l’application mobile
  • Plan de partage de 5 articles par mois
  • Consultation de la version numérique du journal à partir de 22h la veille
  • Accès aux suppléments et à T, le magazine Temps, au format e-paper
  • Accès à un ensemble d’avantages exclusifs réservés aux abonnés

Déjà abonné ?
Ouvrir une session

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Raymond Domenech bat déjà Roberto De Zerbi
NEXT le défunt vice-président sera enterré lundi 17 juin