Tzitzimime, les Aztèques saignants – Le Temps

Tzitzimime, les Aztèques saignants – Le Temps
Tzitzimime, les Aztèques saignants – Le Temps

Publié le 16 mai 2024 à 19h47 / Modifié le 16 mai 2024 à 19h48

Chez les Aztèques, la fin de chaque Xiuhmolpilli était Source d’inquiétude. On traduit : chez les Mésoaméricains, le Xiuhmolpilli est un cycle de 52 ans à l’issue duquel coïncidaient les deux calendriers (l’un de 260 jours, l’autre de 365 jours) en usage dans les sociétés précolombiennes. Cette coalescence calendaire était connue pour ouvrir la porte aux démons, et parmi eux aux Tzitzimime (on ne met pas de « s » ici, c’est déjà un pluriel), monstres stellaires, féminins, et avides de chair humaine.

Serpent noir

Intéressé par cet article ?

Pour profiter pleinement de notre contenu, abonnez-vous ! Jusqu’au 31 mai, profitez de près de 15 % de réduction sur l’offre annuelle !

CONSULTER LES OFFRES

Bonnes raisons de s’abonner au Temps :
  • Accès illimité à tout le contenu disponible sur le site.
  • Accès illimité à tous les contenus disponibles sur l’application mobile
  • Plan de partage de 5 articles par mois
  • Consultation de la version numérique du journal à partir de 22h la veille
  • Accès aux suppléments et à T, le magazine Temps, au format e-paper
  • Accès à un ensemble d’avantages exclusifs réservés aux abonnés

Déjà abonné ?
Ouvrir une session

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Bruno Colmant prévoit « des bons de caisse attractifs pour 2024 »
NEXT La publicité pour les aliments malsains et l’alcool devrait-elle être interdite à proximité des écoles ? – .