« La centrale de Flamanville est enfin remise sur les rails »

ENTRETIEN – Le démarrage d’un troisième réacteur ne permettra cependant pas à EDF de rattraper le retard causé par les erreurs commises sous François Hollande et… Emmanuel Macron.

Cet article est issu du « Figaro Magazine »

La filière nucléaire française retiendra la date du mercredi 8 mai 2024. Car ce sera celle d’un nouveau départ. Ce jour-là, nous aurons en effet commencé à charger du combustible dans une toute nouvelle centrale qui produira sa pleine puissance à la fin de cette année : le troisième réacteur de Flamanville, dans la Manche. Une puissance de 1650 mégawatts, la plus élevée de tous nos réacteurs. Jusqu’alors, on n’avait vu que des arrestations et des démolitions. De celui de Superphénix, le 30 décembre 1998, à celui des deux réacteurs de 900 mégawatts de Fessenheim, le 21 février 2020.

Il ne nous restait plus que 56 réacteurs en activité. Et nous voulions continuer à les supprimer. Le communiqué de Matignon, signé par Édouard Philippe, Premier ministre, et sa ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, a donné du sens à la fermeture de Fessenheim en affirmant qu’elle était « la première étape de la stratégie énergétique de la France »… Deux ans…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous en reste 63% à découvrir.

Voulez-vous en savoir plus?

Débloquez tous les objets immédiatement.

Déjà inscrit? Se connecter

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un choc Nadal-Zverev d’entrée, Djokovic contre un Français… découvrez les affiches du premier tour
NEXT Les activités de marché dopent les bénéfices au 1er trimestre 2024