qu’apprennent nos voisins germanophones ? – .

qu’apprennent nos voisins germanophones ? – .
Descriptive text here

Le français lutte contre son déclin en Suisse alémanique

Philippe Zweifel

Publié aujourd’hui à 7h33

Mme Probst, dans la comédie à succès actuelle «Bon Schuur Ticino», le français devient la langue principale de la Suisse et les personnages du film réagissent avec horreur. Pour quoi?

Le français est grammaticalement plus difficile à maîtriser que l’anglais, donc cela joue probablement un rôle. Peut-être aussi que les enseignants n’ont pas toujours su transmettre aux plus jeunes élèves le « feu sacré » de la langue française. Pourtant, grâce aux débuts du français, les inhibitions à s’exprimer dans une langue étrangère ont diminué. Il est en effet scientifiquement prouvé que dès le plus jeune âge, nous possédons des capacités de prononciation et de compréhension orale. On ne commence jamais une langue étrangère assez tôt.

Quelle connaissance du français faut-il avoir après l’école obligatoire, c’est-à-dire après la dixième année du secondaire ?

Niveau A2 du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECR). C’est-à-dire être capable de communiquer dans des situations simples et routinières qui impliquent un échange d’informations sur des sujets familiers.

C’est du moins la théorie. Et en pratique ?

Le niveau de français des étudiants a considérablement diminué au cours des dernières décennies.

Pour quoi?

Nous tous, et donc aussi les étudiants, écrivons moins. Cela a bien sûr un lien avec l’évolution de la technologie audiovisuelle. Ou peut-être devrais-je dire : on n’écrit plus avec le niveau de qualification requis. Cela ne s’applique pas seulement au français, nous l’entendons aussi de la part des professeurs d’allemand.

Alors le cadre de référence officiel des langues, considérées comme un atout sur le CV, n’a pas de sens ?

Absolument pas. Il permet de comparer les compétences linguistiques d’un pays à l’autre et rend plus transparents les contenus pédagogiques et les qualifications. Il est également essentiel au développement des programmes scolaires. Mais l’écrit reste encore très fortement pondéré, alors qu’aujourd’hui, pour les élèves de secondaire II, l’accent est davantage mis sur la communication orale lors de l’apprentissage d’une langue étrangère. Autrefois, on pouvait conjuguer tous les verbes à tous les temps, mais on ne pouvait pas acheter une baguette à la boulangerie. Aujourd’hui, c’est le contraire.

Fini le misérable subjonctif !

Je ne l’espère pas ! On peut se faire comprendre sans subjonctif, mais si l’on veut exprimer quelque chose de nuancé, il est difficile de l’éviter.

Les étudiants s’expriment-ils vraiment mieux en français aujourd’hui que par le passé ?

Disons qu’ils sont plus courageux, qu’ils ont moins peur de se tromper et qu’ils ont aussi perdu le « français fédéral ».

Le français scolaire griffonné et mal soutenu, tel que nous le connaissons de certains hommes politiques suisses alémaniques. Pourquoi le « français fédéral » a-t-il disparu ?

Car les textes audio et les dialogues constituent aujourd’hui une grande partie de l’enseignement. Et parce que les futurs professeurs de français doivent passer un long séjour dans une région francophone. Désormais, le français des étudiants ressemble beaucoup moins au suisse allemand. Mais malheureusement le vocabulaire s’est appauvri, ce qui bien sûr se répercute sur l’expression orale. « C’est dans l’air du temps ! » Nous nous limitons à moins de vocabulaire, moins de grammaire, mais nous communiquons de manière plus efficace et plus orientée vers l’action. Autrement dit, nous sommes plus déterminés mais moins raffinés. Mais cela vaut aussi pour d’autres langues étrangères et même pour notre langue maternelle.

Que les jeunes ne doivent pas seulement apprendre par cœur, mais aussi prendre plaisir à apprendre une langue. C’est ce qu’on entend partout. Mais apprendre une langue est tout simplement un travail difficile…

Oui, bien sûr, mais bachoter peut aussi être amusant.

Faisons de la publicité pour les Français maltraités. En quoi cette langue est-elle belle ?

Le français est la langue de l’amour et de la romance, et la prononciation, même si elle ne va parfois pas de soi, reste pour beaucoup un enchantement. La soi-disant « légèreté » des Français, leur « savoir-vivre » sont presque proverbiaux. La France est aussi le pays de la haute couture et Paris la ville de l’amour. Tout cela donne à la langue toujours autant de charme.

Pourtant, l’autre jour, j’ai entendu une Genevoise parler anglais avec un Zurichois. Ils se seraient parlé en français il y a dix ans, non ?

Ou peut-être qu’ils n’auraient pas parlé du tout. L’anglais leur donne un dénominateur commun, ce qui facilite la communication, car la langue donne toujours un sentiment de supériorité à celui qui la parle le mieux.

Le niveau est-il plus élevé à Berne et à Bâle, c’est-à-dire dans les villes frontalières des régions romandes, qu’à Zurich et en Suisse orientale ?

On ne remarque pas de grande différence lors des examens, mais force est de constater que là où on a plus d’occasions de parler français, on le parle mieux.

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

Revenons à l’anglais. Cette tendance n’est-elle pas frustrante pour un professeur de français ?

Frustrant, non, mais dommage pour les étudiants qui pourraient le regretter plus tard. Par ailleurs, ce n’est pas parce que les Suisses parlent anglais qu’ils doivent ignorer les autres langues nationales.

La devise «langue maternelle plus anglais» est très répandue dans le monde entier et gagne probablement aussi du terrain en Suisse. Que dites-vous à ces gens ?

Tout d’abord, cette monnaie est dommageable pour l’image de la Suisse comme pays multilingue, mais aussi pour la cohésion des régions et notre économie tournée vers le commerce extérieur. Le Luxembourg, par exemple, s’en sort mieux. Les gens y sont fiers que l’allemand et le français soient tous deux enseignés comme langues maternelles. La moitié des matières est enseignée en allemand, l’autre moitié en français.

Le multilinguisme comme élément d’identité : l’anglais pourrait jouer ce rôle. Qu’y a-t-il vraiment à perdre avec le français ?

Non, seule une langue nationale peut véritablement créer une identité, car elle est profondément ancrée dans l’esprit et la culture d’un pays. Mais il y a aussi des raisons très pratiques qui plaident en faveur du français.

Lequel?

Selon ce que vous souhaitez faire professionnellement et où vous souhaitez vivre, le français est indispensable. Pensez aux postes à la Confédération ou bien sûr à ceux de Suisse romande. Le français aide sur le marché du travail. Celui qui peut démontrer sur son CV qu’il maîtrise également bien le français a un avantage sur les autres, car l’anglais est désormais bien maîtrisé par la grande majorité. D’où l’énorme succès des diplômes Delf/Dalf en Suisse. Cette tendance vers un diplôme français au niveau secondaire II continue de s’accentuer, que ce soit dans les gymnases ou dans les écoles de commerce. Pour la maturité professionnelle par exemple, un diplôme de niveau Delf-B2 est même désormais obligatoire dans certaines écoles.

Y a-t-il des gens qui apprennent le français pour le plaisir de la langue, pour lire Molière par exemple ?

Il y en a, Dieu merci. Mais ce sont des exceptions. La plupart du temps, le français est considéré comme une matière obligatoire incontournable ou un booster de carrière.

L’enseignement obligatoire du français fait régulièrement l’objet de discussions. Craignez-vous que le français devienne un jour facultatif ?

Espérons que non ! Ce serait, à mon avis, une grave erreur.

Bulletin

“Dernières nouvelles”

Voulez-vous rester au courant de l’actualité? « 24 Heures » vous propose deux rendez-vous par jour, directement dans votre boîte email. Ainsi, vous ne manquez rien de ce qui se passe dans votre canton, en Suisse ou dans le monde.

Ouvrir une session

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Quelle liste des Bleus pour l’Euro ? – .
NEXT grande nouvelle à la veille de la liste de Deschamps