Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec
Descriptive text here

Après deux éditions marquées par des taux d’échec disproportionnés, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a annoncé mercredi que le taux de réussite à son dernier examen d’admission s’élève à 92 %.


Publié à 14h47

Mis à jour à 15h56

« Les stratégies déployées pour réussir l’examen et la collaboration soutenue avec les différents partenaires ont porté leurs fruits. Les milieux cliniques pourront désormais accueillir 1 702 infirmières, pour le plus grand bénéfice de la population québécoise », annonce l’Ordre par communiqué.

La note de passage du test a été fixée à 57% pour cette édition qui a eu lieu le 26 mars 2024.

L’OIIQ affirme qu’il est donc « en bonne position » pour mettre fin aux mesures d’assouplissement administratif qui, en vigueur depuis janvier 2023, sont appliquées aux candidats à l’examen professionnel.

Ces assouplissements concernaient le délai de réussite à l’examen et le nombre de tentatives qui prendront effet comme auparavant. Ainsi, tous les candidats n’ayant toujours pas réussi l’examen professionnel devront se présenter à la prochaine session d’examens en septembre 2024.

Ils pourront toutefois continuer de bénéficier de mesures de soutien à l’aide à la préparation, indique l’OIIQ, qui dit espérer que ces activités de préparation « seront maintenues ».

Les assouplissements en question ont été mis en place après une polémique débutée à l’automne 2022, suite à l’annonce d’un taux de réussite anormalement bas de 51,4 % à la première tentative.

Lors du test suivant, en mars 2023, le taux de réussite à la première tentative était à peine supérieur à 53,8 %.

Une enquête a été ouverte pour clarifier les raisons ayant conduit à ce taux de défaillance anormalement élevé. Elle a révélé que l’examen comportait des défauts tout en remettant en cause la qualité des questions et en augmentant les notes de passage sans justification suffisante.

Convenant que certains éléments de l’examen actuel devaient être améliorés, l’OIIQ a par la suite annoncé qu’il le remplacerait en 2024 par l’examen NCLEX-RN, utilisé dans d’autres provinces canadiennes et aux États-Unis.

L’Ordre a finalement renoncé à implanter ce nouvel examen.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Les Européens ne devraient pas penser que cela n’arrive qu’aux autres »
NEXT Son infidélité avec la nièce de sa femme lui coûte son pénis