Les Montréalais balayés par les Bostoniens

Les Montréalaises concluent leur première saison dans la Ligue professionnelle de hockey féminin (LPHF) avec trois défaites de suite face aux Bostoniennes, qui accèdent à la grande finale. Pour la troisième fois en trois occasions, la formation montréalaise a été battue en prolongation, mardi soir à Lowell.

Cette fois, Boston s’est imposé 3-2 au Tsongas Center, à la suite d’un retour spectaculaire.

Les larmes ont coulé sur les joues d’Ann-Renée Desbiens et de Kori Cheverie lorsqu’elles se sont présentées devant les médias après cette défaite déchirante.

Je pense qu’il est important pour notre groupe de savoir à quel point les joueurs ont joué lors des trois derniers matchs. C’est normal de ressentir ces émotionsa mentionné l’entraîneur-chef.

Beaucoup de déception. Nous avons bien joué pendant la majorité de la série. Nous n’avons pas réussiajouta le garde.

Faits saillants du match.

Photo : Associated Press / Mark Stockwell

La Québécoise a déjà perdu d’autres matchs importants depuis le début de sa carrière, que ce soit aux Championnats du monde ou aux Jeux olympiques. Mais cette défaite, avec un groupe qu’elle côtoyait au quotidien depuis des mois, fait particulièrement mal.

C’est différent. J’ai passé la saison avec ces filles. C’était une saison inaugurale. Il y a eu des hauts et des bas. Il y a des choses qui ont réussi, il y a des choses à améliorer. Vous vivez ces choses avec toutes les filles dans le vestiaire. C’est vraiment différent d’un tournoi à court terme.

Une citation de Ann-Renée Desbiens

Il faut dire que, jusqu’au bout, Montréal y a cru. En fait, l’équipe n’a jamais été vraiment déclassée. Et tout au long de la série, elle était à quelques détails près de la victoire.

Trois matches, trois défaites par un but.

Montréal savait très bien qu’il n’avait plus le droit à l’erreur. Face à l’élimination, la troupe québécoise a réalisé son meilleur match et a réussi à mener 2-0 avant de laisser filer l’avance.

C’est Marie-Philip Poulin qui a ouvert la marque en première période. Le capitaine a débuté la séquence en transportant la rondelle d’un bout à l’autre.

Quelques instants plus tard, Mikyla Grant-Mentis, postée derrière le filet adverse, remettait le disque à sa coéquipière qui profitait d’un tir sur réception pour battre Aerin Frankel, la star incontestée de cette série.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Marie-Philip Poulin a marqué son premier but de la série mardi soir.

Photo : AP/Mark Stockwell

En deuxième période, en avantage numérique, Maureen Murphy a dévié un tir d’Erin Ambrose pour doubler l’avance des visiteurs.

Boston n’a cependant pas dit son dernier mot. Avec un peu plus de sept minutes à jouer en troisième période, Sophie Shirley est arrivée à toute vitesse vers Desbiens avant de la battre.

Quelques instants plus tard, Mélodie Daoust a failli toucher le but lorsqu’elle s’est présentée seule devant le gardien adverse, mais Frankel, une fois de plus, a étouffé la menace.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Ann-Renée Desbiens, découragée après le but égalisateur en fin de troisième période.

Photo : AP/Mark Stockwell

Montréal pensait être tiré d’affaire à la fin du match lorsque les favoris du public ont écopé d’une pénalité. Mais Amanda Pelkey ​​​​a marqué le but égalisateur en désavantage numérique.

minutes, je présume. Des 12périodes que nous avons jouées, je dirais que nous les avons probablement dominés pendant 10périodes », « texte » : « Peut-être que nous nous sommes un peu compromis. Ils ont effectué un changement sournois qui a permis au joueur de se faufiler derrière notre groupe. En troisième, je ne pense pas qu’il y ait une grande différence. Il y avait une équipe de l’autre côté qui poussait, qui a décidé qu’elle voulait gagner en 60 minutes, je suppose. Sur les 12 périodes que nous avons jouées, je dirais que nous les avons probablement dominés pendant 10 périodes”}}”>Peut-être que nous nous sommes un peu compromis. Ils ont effectué un changement sournois qui a permis au joueur de se faufiler derrière notre groupe. En troisième, je ne pense pas qu’il y ait une grande différence. Il y avait une équipe de l’autre côté qui poussait, qui a décidé qu’elle voulait gagner en 60 minutes, je présume. Sur les 12 périodes que nous avons jouées, je dirais que nous les avons probablement dominés pendant 10 périodes.a souligné Kori Cheverie.

>>Le joueur de Boston plaque le joueur de Montréal le long des bandes, sous le regard des jeunes partisans.>>

Ouvrir en mode plein écran

Laura Stacey est vaincue par Emily Brown.

Photo : AP/Mark Stockwell

Le match se terminerait donc en prolongation, comme pour les deux premiers.

Seulement 62 secondes après la mise au jeu, Alina Müller a décoché un tir que la gardienne de La Malbaie n’a pas pu contrôler. Susanna Tapani a saisi le retour et a touché la cible pour envoyer son équipe en grande finale.

La troupe Cheverie sera de retour à Montréal mercredi matin et le bilan de saison devrait avoir lieu d’ici la fin de la semaine. Suite à cette défaite, les joueurs ne pouvaient s’empêcher de penser aux supporters.

Nous tenons à leur dire merci. C’était de loin la meilleure foule. Je suis fier d’avoir joué pour l’équipe de Montréal, d’avoir les meilleurs partisansajouta Desbiens, les larmes aux yeux.

Boston aura désormais rendez-vous avec Toronto ou Minnesota pour remporter la Coupe Walter.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV en attendant Gabriel Attal, cette étude sur les effets potentiels de la réforme inquiète
NEXT deux personnes touchées