La Russie poursuit son offensive dans le nord-est alors que Kiev prétend tenir, Antony Blinken en visite de soutien surprise

Ailleurs, dans plusieurs zones soumises aux « tirs intenses de l’ennemi » sur les axes Kramatorsk et Pokrovsk, dans l’est du pays, les positions de l’armée ukrainienne ont été modifiées afin de « sauver la vie de nos défenseurs », écrit lundi soir le quotidien ukrainien. l’état-major dans un communiqué sur Facebook.

Visite surprise de Blinken

Dans un entretien à l’AFP, le chef de la sécurité nationale ukrainienne, Oleksandr Lytvynenko, a indiqué que « plus de 30 000 » soldats russes attaquaient la région de Kharkiv.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken est arrivé dans la nuit en Ukraine pour une visite de soutien surprise – AFP

Il estime cependant que, pour l’instant, aucune « menace » ne pèse sur la grande ville de Kharkiv, située à une trentaine de kilomètres de la zone de combat et qui comptait près d’un million et demi d’habitants avant l’invasion russe.

Dans ce contexte, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken est arrivé en train de nuit mardi matin à Kiev pour une visite surprise censée rassurer les Ukrainiens du soutien continu des Etats-Unis, et promettre un afflux d’armes.

Lors de sa visite, Blinken devrait s’entretenir avec le président Zelensky, son homologue Dmytro Kuleba, rencontrer des membres de la société civile et prononcer un discours axé sur “l’avenir de l’Ukraine”, a déclaré aux journalistes un haut responsable américain à bord du train transportant le secrétaire d’État. .

Cette visite, qui n’avait pas été annoncée auparavant, intervient quelques semaines après le vote du Congrès américain débloquant une enveloppe massive pour l’Ukraine de 61 milliards de dollars, restée bloquée depuis plusieurs mois, prise au jeu des questions de politique intérieure en les États-Unis en pleine année électorale.

« Agression +boucherie+ »

“Ils mènent des assauts +de boucherie+, ils envoient tout leur matériel (…) leurs drones sont très actifs”, a déclaré un militaire ukrainien, membre d’un groupe qui reprenait des forces après avoir défendu Lyptsi, à sept kilomètres de là.

Ce militaire, qui a refusé de donner son nom, faisait référence aux attaques par vagues très meurtrières déjà utilisées auparavant par la Russie.

Un autre soldat de ce groupe a affirmé que les bombes aériennes guidées russes tombaient lourdement dans la région, comme « la pluie en Angleterre ».

Plus tôt lundi, le gouverneur de la région, Oleg Synegubov, a déclaré que plus de 30 localités avaient été touchées par des tirs d’artillerie.

Il a indiqué qu’au total, 5 762 habitants ont été évacués de ces zones depuis le début des combats. Le départ d’environ 1.600 autres personnes était prévu lundi, malgré une “situation assez compliquée”, selon lui.

Selon la chaîne Telegram DeepState, proche de l’armée ukrainienne, les Russes seraient parvenus à occuper une bande d’environ 70 km2 dans la région de Lyptsi et une autre de 34 km2 en direction de Vovchansk.

Dans le même temps, une personne a été tuée et trois autres blessées lors d’une frappe dans une ferme d’un village à l’ouest de Kharkiv, à une trentaine de kilomètres de la zone des combats, ont annoncé les autorités régionales.

“Tant d’horreur”

Kateryna Stepanova, 74 ans, évacuée de Lyptsi avec son fils, a déclaré à l’AFP qu’elle était partie d’urgence. « C’est tellement horrible ce qui se passe là-bas. Mais que font ces idiots ? Les maisons sont en feu. »

Selon la chaîne Telegram Rybar, proche de l’armée russe, après quatre jours d’offensive, « aucune percée à grande échelle des défenses ennemies n’a été enregistrée ».

“Après avoir dégagé la zone frontalière ‘grise’, les unités d’assaut russes se sont concentrées sur la pénétration des bastions et des lignes défensives des forces armées ukrainiennes”, a indiqué lundi la chaîne.

Les autorités ukrainiennes préviennent depuis des semaines que Moscou pourrait tenter d’attaquer les régions frontalières du nord-est de l’Ukraine, confrontée à des retards dans l’aide occidentale et à une pénurie de soldats.

Cette avancée russe intervient au moment où, à Moscou, le président russe Vladimir Poutine a procédé dimanche soir à un remaniement surprise et remplacé son emblématique ministre de la Défense Sergueï Choïgou, après deux ans de conflit en Ukraine sans issue claire.

Le nouveau ministre, Andrei Beloussov, a une formation d’économiste et, comme M. Shoigu lorsqu’il a été nommé à ce poste en 2012, n’a aucune formation militaire.

En Russie et dans les zones occupées d’Ukraine, les Ukrainiens ont multiplié les grèves, notamment contre les infrastructures énergétiques.

Au moins quatre personnes ont été tuées et neuf blessées lundi dans des attentats imputés à l’Ukraine dans la région occupée de Lougansk (est) et dans la région russe de Koursk, ont annoncé les autorités russes.

L’Ukraine a également affirmé lundi avoir frappé un terminal pétrolier et une sous-station électrique respectivement dans les régions de Belgorod et de Lipetsk, dans l’ouest de la Russie, non loin de la frontière ukrainienne.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV A Cannes, « Les graines du figuier sauvage », un film sur le pouvoir des femmes iraniennes, a tout ce qu’il mérite pour une Palme d’or
NEXT Rabat, future capitale du Gaming Africain