le parcours atypique d’Arturs Silovs

le parcours atypique d’Arturs Silovs
Descriptive text here

EDMONTON | Résister à Connor McDavid et Leon Draisaitl n’est pas une tâche facile quand on est un gardien chevronné de la LNH. C’est encore moins le cas quand on a à peine quelques poils au menton et qu’on se retrouve plongé dans le feu des séries éliminatoires.

• Lire aussi – [VIDÉO] Connor McDavid se fait ébranler par deux joueurs des Canucks, réaction inquiétante de ses coéquipiers

• Lire aussi – Défaite des Oilers, malgré 44 tirs dans le filet des Canucks : « Nous aurions dû gagner » –Leon Draisaitl

C’est pourtant ce qu’Arturs Silovs a réussi à faire assez admirablement depuis près d’une semaine. Dimanche soir, par exemple, le gardien letton de 23 ans a arrêté 41 tirs pour aider les Canucks à prendre une avance de 2-1 dans leur série contre les Oilers.

Silovs a atterri dans la série précédente contre les Predators de Nashville, en raison des blessures de Thatcher Demko et Casey DeSmith.

Si son nom était pratiquement inconnu des amateurs de hockey qui suivent les activités de la LNH, il a certainement sonné chez les partisans des Lions de Trois-Rivières.

Choix de sixième ronde (156e) des Canucks en 2019, Silovs a disputé 10 matchs avec les Lions à la fin de la saison 2021-2022. En manque de gardien, les Lions avaient bénéficié d’un prêt des Canucks d’Abbotsford de la Ligue américaine de hockey (AHL), le club-école de l’équipe du même nom évoluant à Vancouver.

“Je n’étais pas souvent avec l’équipe principale [à Abbotsford]. J’ai principalement participé à des entraînements, a déclaré Silovs. J’essayais de m’adapter au hockey professionnel, c’était ma première saison. Les Canucks ont dû prendre une décision dans mon cas. Ils ont fini par me trouver une équipe.

En série grâce à lui

Des cinq hommes masqués qui portaient l’uniforme des Lions cet hiver-là, il était de loin le plus fort. Il avait remporté 6 de ses 10 départs, affichant une moyenne de buts alloués de 2,37 et un pourcentage d’arrêts de ,920.

« Nous nous battions pour notre survie et il nous a aidé à accéder aux séries éliminatoires. Nous avons vu le potentiel qu’il avait. C’est un gars athlétique qui s’est présenté à nous avec une bonne attitude et qui a travaillé fort à l’entraînement», a rappelé Éric Bélanger, celui qui a dirigé les Lions cette saison.

Si Bélanger se souvient bien du gardien letton, les souvenirs du gardien letton sont plutôt flous.

« Je me souviens que lors de mon premier match, nous avions gagné 1-0. C’était un bon début, surtout quand on arrive avec une nouvelle équipe”, a-t-il déclaré.

Un bon tremplin

Il faut dire que Silovs n’est resté qu’un mois dans la ville de Laviolette. Sans compter qu’il est arrivé mi-mars dans un contexte assez inhabituel.

La pandémie de COVID-19 faisait toujours rage et le Canadien faisait face à un nombre infernal de blessures au sein de son équipe, ce qui avait forcé l’équipe à rappeler de nombreux joueurs du Rocket de Laval. Par conséquent, ils devaient faire de même avec les Lions.

Au total, les Lions avaient vu 86 joueurs différents porter leur uniforme cette saison. Jamais vu. Nous avons même fait appel à des patineurs de la Ligue nord-américaine de hockey.

“Je m’en fichais beaucoup [du mouvement de personnel]. Je me suis concentré sur moi-même et sur ma performance. Je voulais être le meilleur gardien possible. J’ai été renvoyé là-bas et je me suis dit que c’était l’équipe que je devais aider à gagner.

Quelques semaines plus tard, Silovs poursuit sur sa lancée en aidant la Lettonie à remporter la médaille de bronze au Championnat du monde de hockey, en étant nommé joueur le plus utile de la compétition.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Le niveau de vie des Kanak reste en moyenne inférieur à celui des autres communautés »
NEXT comment soulager les symptômes ? – .