24 ans de prison

24 ans de prison
24 ans de prison

Un tribunal kazakh a condamné lundi à 24 ans de prison un ancien ministre de l’Économie accusé d’avoir torturé et tué sa femme, une affaire qui a choqué ce pays d’Asie centrale et a rendu public le sujet tabou des violences domestiques.

Aijan Koulbayeva, juge du tribunal d’Astana, la capitale, a déclaré l’accusé Kouandyk Bishimbayev coupable du « meurtre particulièrement cruel » de Saltanat Noukenova et de « torture », lors du verdict diffusé sur Internet.

La juge, pour appuyer sa décision, a estimé que l’ex-ministre présentait « un risque dangereux de récidive ».

Dans la cage vitrée réservée aux accusés, M. Bishimbayev, au visage rasé de près, a baissé la tête lors du verdict et n’a fait aucune déclaration lorsque le juge lui a demandé s’il avait des questions.

Un autre accusé, Bakhytjan Baijanov, a été condamné à quatre ans de prison pour avoir aidé l’ex-ministre à tenter de cacher son crime, selon la même Source.

La mort de Saltanat Noukenova, tuée à l’âge de 31 ans mi-novembre dans un restaurant d’Astana, a provoqué une onde de choc au Kazakhstan, pays de 20 millions d’habitants, où la société reste largement patriarcale.

Cette affaire a poussé le président Kassym-Jomart Tokaïev à réagir, notamment en renforçant l’arsenal législatif contre les violences conjugales.

Une campagne d’affichage publique appelant les femmes à ne plus craindre de porter plainte est également en cours, et les forces de l’ordre ont annoncé une augmentation des arrestations.

Selon les autorités, plus de 80 féminicides sont recensés chaque année dans le pays, les Nations Unies citant le chiffre de 400.

M. Bishimbayev, qui était également conseiller de l’ancien président Noursoultan Nazarbayev, avait déjà été condamné à 10 ans de prison pour corruption avant d’être libéré sous condition en 2019.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV après sa débâcle, l’indépendance cherche une issue
NEXT Protection du caribou des forêts et des montagnes