L’Ascension du Christ, une « anticipation de notre destination »

L’Ascension du Christ, une « anticipation de notre destination »
L’Ascension du Christ, une « anticipation de notre destination »
Lors de l’Ascension, le Christ « nous emmène avec lui comme dans une corde » vers le Ciel, a affirmé le pape François lors de l’Angélus du 12 mai 2024.

Lors de l’Ascension, le Christ « nous emmène avec lui comme dans une corde » vers le Ciel, a affirmé le pape François lors de l’Angélus du 12 mai 2024. Dans cette corde, a-t-il souligné, « personne ne doit être perdu ni laissé pour compte, car nous sommes un corps”.

En Italie, comme dans de nombreux pays où le jeudi de l’Ascension n’est pas un jour férié, les catholiques célèbrent l’Ascension le dimanche. Cette décision a été prise par les évêques italiens en 1977, et validée par le pape Paul VI, qui s’est aligné sur la décision de ses frères évêques. L’Ascension, qui commémore l’ascension du Christ au paradis quarante jours après sa résurrection, n’est pas un « départ » mais une « anticipation de notre destination », a expliqué François à la foule nombreuse rassemblée place Saint-Pierre, sous un soleil d’été. Pour illustrer son propos, il a pris comme exemple le moment où, en gravissant une montagne, un marcheur finit par voir l’horizon dégagé, le paysage dévoilé, et sait que le sommet n’est plus très loin. .

Laissez-vous transformer par le Saint-Esprit

“C’est alors que le corps tout entier trouve la force d’affronter l’ascension finale”, a souligné le pape François. Le Christ, qui est comme la tête de ce montagnard, conduit ainsi « tout le corps » vers le Ciel. Cette destination est connue des croyants « par sa Parole et par la grâce des sacrements ». Et dans cette ascension, a insisté le Pape, « le pas de un est un pas pour tous ». En effet, en tant qu’Église, « personne ne doit être perdu ou laissé pour compte, car nous sommes un seul corps ».

Les « étapes » restent à franchir, a assuré le pape. Pour cela, le Christ demande à ses disciples d’accomplir les « œuvres d’amour » : « donner la vie, apporter l’espérance, s’éloigner de toute méchanceté et de toute mesquinerie, répondre au mal par le bien, être proche de ceux qui souffrent ».

En marchant, les croyants se laissent « transformer » par l’Esprit, a conclu le Pape. « Plus nous suivons son exemple, plus nous sentons, comme dans les montagnes, l’air autour de nous devenir léger et pur, l’horizon s’élargir et le but se rapprocher, les paroles et les gestes devenir bons, l’esprit et le cœur s’élargir et respirer. ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV célébration du 68ème anniversaire de la DGSN
NEXT « situation plus calme et apaisée »