Des éleveurs caprins formés aux innovations en élevage pastoral à Chefchaouen – Aujourd’hui le Maroc – .

Des éleveurs caprins formés aux innovations en élevage pastoral à Chefchaouen – Aujourd’hui le Maroc – .
Descriptive text here

Dans le cadre d’une série de journées de formation organisées dans le Nord

L’objectif de cette journée est de faire découvrir aux bénéficiaires les nouvelles technologies de précision utilisées par l’INRA dans l’élevage pastoral « Smart Grazing » et de les sensibiliser à l’importance d’intégrer des sous-produits agricoles locaux dans l’alimentation animale.

L’élevage caprin se positionne parmi les filières clés de l’agriculture dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (TTA), tout en continuant de contribuer considérablement au développement économique et social de son territoire. C’est dans ce contexte que l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) à travers son Centre Régional de Recherche Agronomique (CRRA) de Tanger et l’Association Nationale Ovine et Caprine (ACNO) viennent d’organiser, mardi 7 mai, une journée de sensibilisation et formation sur les innovations en matière d’élevage pastoral dans la province de Chefchaouen.

Cette journée a bénéficié à une trentaine d’éleveurs de chèvres de cette province. L’objectif de cet événement est, selon les organisateurs, de faire découvrir aux bénéficiaires les nouvelles technologies de précision utilisées par l’INRA en élevage pastoral « Smart Grazing » et de les sensibiliser à l’importance de l’intégration des sous-produits. fermes locales pour l’alimentation animale. « Dans les zones montagneuses de la région TTA, l’élevage caprin joue un rôle très important dans la génération de revenus pour les éleveurs. Ces élevages sont menés de manière extensive avec une majorité d’aliments issus des parcours forestiers», a indiqué le Dr Mouad Chentouf, chef du CRRA de Tanger, avant d’ajouter que «à cet égard, l’élevage caprin occupe une place particulière. dans la stratégie Generation Green avec des projets visant à améliorer sa résilience et sa productivité.

De son côté, le Dr Youssef Chebli, chercheur à l’INRA de Tanger, a indiqué que le pâturage est associé à des activités quotidiennes très différentes de celles des animaux en stalle. « Ces activités génèrent des dépenses énergétiques que les animaux doivent compenser par un apport alimentaire adapté pour optimiser leur productivité. Les chercheurs du CRRA de Tanger estiment ces dépenses grâce à l’utilisation de technologies de précision comme des colliers GPS et des capteurs intelligents et permettent de recommander des comportements alimentaires adaptés», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, les années successives de sécheresse et de hausse des températures ont fortement réduit la production pastorale, principale Source de nourriture de ce bétail, entraînant une baisse de l’approvisionnement alimentaire des animaux. Pour y faire face, Dr Samira El Otmani, chercheuse à l’INRA de Tanger, a exprimé l’importance d’améliorer et de diversifier le calendrier alimentaire des troupeaux à travers l’incorporation de sous-produits agricoles locaux, comme le marc d’olive. “Ces grignons d’olive présentent une ressource alimentaire alternative qui n’a aucun effet négatif sur les performances de production et la qualité des produits caprins”, a-t-elle souligné.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Bulletin météo. Orages annoncés à Toulouse et en Occitanie, ces départements sont en alerte
NEXT voyage dans le Donbass sous supervision russe