le résumé de la superbe qualification des Madrilènes en finale de la Ligue des Champions

le résumé de la superbe qualification des Madrilènes en finale de la Ligue des Champions
le résumé de la superbe qualification des Madrilènes en finale de la Ligue des Champions

Un doublé tardif de Joselu (88e90e+1) a ouvert les portes de la finale de la Ligue des Champions au Real Madrid, au terme d’un scénario dont seuls les hommes de Carlo Ancelotti ont le secret (2-1). Agités mais en retard, les Madrilènes ont encaissé le premier but, grâce à une frappe explosive d’Alphonso Davies (68e).e). Avec une seule différence de buts, la Maison Blanche a écarté le Bayern Munich en demi-finale (2-2 à l’aller, 4-3 au total), et rencontrera en finale, le Borussia Dortmund, vainqueur du Paris Saint-Germain. le jour précédent.

Ce que vous devez vous rappeler

L’entrée en jeu de Joselu reflète l’histoire récente du Real Madrid. Absolument irrationnel. Auteur de seulement neuf petits buts en championnat sous les couleurs du Real Madrid cette saison, il a été jeté dans le grand bain par Carlo Ancelotti en fin de match, alors que les Madrilènes étaient menés 1-0. En trois minutes, l’attaquant espagnol va inscrire un doublé et bousculer le scénario du match. Pour ajouter un peu de drame, on a longtemps cru que son deuxième but avait été refusé pour position de hors-jeu. Cela n’a pas été le cas et Madrid prolonge son printemps européen.

  • Le fil du match. 0-0, 14e : Le gardien du Bayern Munich, Manuel Neuer, vient de réaliser un double arrêt très classe. Il détourne d’abord un tir dangereux de Vinicius sur son poteau, avant de s’imposer devant Rodrygo, qui traînait.

0-1,68e : Harry Kane inverse le jeu à sa gauche. Alphonso Davies, venu remplacer Serge Gnabry en première période, en profite pour se déplacer vers l’axe, et à peine entré dans la surface, le Canadien décoche un tir ras de terre qui surprend tout le monde, à commencer par Lunin. Son premier but en Ligue des Champions.

1-1, 88e : Vinicius enroule une frappe puissante, que Manuel Neuer, absolument impeccable jusque-là, ne parvient pas à capter. Sa faute de main permet à Joselu de prendre le relais à bout portant pour égaliser et faire basculer Bernabeu dans l’irréalité.

2-1.90e+1 : Trois minutes plus tard, Joselu récidive. L’attaquant principal est trouvé par Antonio Rüdiger avec un centre puissant du pied gauche au cœur de la surface. Juste devant le but adverse, il lui suffit de pousser le ballon au fond des filets. Aucun Bavarois n’était là pour l’empêcher de marquer, le VAR a failli y parvenir. Après visionnage, l’absence de position de hors-jeu est confirmée et le but validé.

  • La phrase. Carlo Ancelotti a utilisé son troisième œil lors d’une conférence de presse la veille du match : «Je m’adapte toujours. Je ne peux pas avoir une équipe qui n’a qu’une seule identité. » Et le Monsieur, optant pour une entrée tardive de Joselu (81ee), ne s’est pas trompé.
  • Le nombre. 18.

C’est le nombre de finales européennes auxquelles le Real Madrid a participé dans son histoire, y compris celle du 1er juin contre le Borussia Dortmund. Et les Allemands peuvent craindre la vaste expérience des Madrilènes, autant que leur réalisme : car la Maison Blanche a déjà remporté quatorze fois le concours.

  • Le tournant du match. Les derniers changements de Thomas Tuchel.

Le tacticien bavarois a procédé à une série de changements pour injecter du sang frais et solidifier son équipe qui menait 1-0. Les entrées de Kim Min-Jae (76e), Thomas Müller (85e) et Eric-Maxim Choupo Moting (85e) ont affaibli la base munichoise plus que toute autre chose. Pire encore, une fois Kane, Sané et Musiala sortis, il était difficile de marquer pour espérer reprendre la tête.

La première période n’a pas tenu toutes ses promesses, mais les deux institutions ont rapidement rattrapé leur retard. Entre les percées répétées de Vinicius, les multiples parades de Manuel Neuer, et un scénario étouffant en fin de match, cette demi-finale retour a finalement offert son lot de moments marquants.

>>
Avant même le coup de sifflet final, les Madrilènes, présents sur le terrain ou remplaçants, se sont fondus sur la pelouse du Santiago Bernabeu lors du deuxième but de Joselu. S’ensuit une scène de liesse entre coéquipiers, partagée, par certains, directement avec le public. JOSÉ BRETON / AP

Département des Sports

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Lenovo LOQ 15IRH8 (82XV011TFR), PC portable gamer 15″ 144Hz sous Intel Core i5 et GeForce RTX 4060 – LaptopSpirit
NEXT En finale de la Coupe des Champions, Toulouse cherche la clé du problème du Leinster