Les mots forts de Carvajal sur le départ de Benzema

Les mots forts de Carvajal sur le départ de Benzema
Les mots forts de Carvajal sur le départ de Benzema

Zapping Onze Mondial EXCLU : L’interview « Little Brother » de Randal Kolo Muani !

Le Real Madrid nous offrira-t-il encore une soirée mythique au Bernabeu ? Demain soir, les Merengue accueillent le Bayern Munich pour leur demi-finale retour de Ligue des Champions. A l’aller, les Madrilènes ont dû s’employer pour arracher le nul 2-2 grâce à l’inévitable Vinicius Junior, auteur d’un doublé en Allemagne. Demain, il leur faudra donc gagner au moins par la plus petite des marges pour valider le ticket pour la grande finale de C1 prévue samedi 1er juin à Wembley.

“Carlo Ancelotti et son équipe ont fait beaucoup”

A la veille de cette affiche, Dani Carvajal, l’un des capitaines de la Maison Blanche, était présent à une conférence de presse. L’occasion pour lui de souligner le travail de Carlo Ancelotti, notamment après les départs de Karim Benzema et Marco Asensio : « Karim Benzema, Marco Asensio et quelques autres sont partis. Nous avons eu des blessures importantes, mais nous sommes très bien joués, nous avons presque tout gagné jusqu’à présent. Carlo Ancelotti et son équipe ont fait beaucoup pour nous”, a-t-il déclaré. Il a ensuite connu des morts fortes pour son coéquipier Vinicius Junior : « C’est l’un des meilleurs joueurs du monde. Il travaille très dur. J’espère qu’il nous aidera à nous qualifier demain. L’intéressé l’appréciera. Le Bayern Munich est prévenu.

Lire aussi :

PSG – Dortmund : une sanction de l’UEFA se profile contre Paris !

PSG – Dortmund : une statistique implacable condamne déjà Paris

Pour résumer

Avant la demi-finale retour de Ligue des champions, Dani Carvajal, défenseur du Real Madrid, est revenu sur le départ de Karim Benzema. Il a expliqué que c’était un coup dur pour les Merengue.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le décollage du vaisseau spatial Starliner de Boeing reporté au 17 mai
NEXT « Oh, Canada », les retrouvailles mélancoliques de Russell Banks et Paul Schrader