Israël « examine » la proposition de cessez-le-feu acceptée par le Hamas, bombardements intenses à Rafah

>>
Des Palestiniens fuient Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 6 mai 2024. DOAA AL BAZ / REUTERS

Retrouvez ici notre point sur la situation d’hier.

La guerre entre Israël et le Hamas a fait 34.735 morts dans la bande de Gaza, en majorité des civils, selon un bilan publié lundi 6 mai par le ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien. Côté israélien, environ 1 170 personnes sont mortes – pour la plupart également des civils – lors de l’attaque du Hamas le 7 octobre 2023, selon un décompte de l’Agence France-Presse (AFP) établi à partir de sources officielles israéliennes. De plus, selon l’armée israélienne, 612 de ses soldats ont été tués lors des combats dans la bande de Gaza.

Le Hamas accepte le cessez-le-feu, Israël « étudie » la proposition

Le Hamas a annoncé lundi soir avoir accepté la proposition de cessez-le-feu présentée par les médiateurs égyptiens et qatariens. Le mouvement islamiste a précisé dans un communiqué que le chef de sa branche politique en exil, Ismaïl Haniyeh, avait informé le Premier ministre du Qatar ainsi que le chef des services de renseignement égyptiens de sa décision. Les détails de la proposition formulée par les médiateurs ne sont pas encore connus. Le Hamas évoque l’objectif d’un cessez-le-feu permanent.

Un responsable israélien a déclaré qu’Israël réexaminait la proposition acceptée par le Hamas. « Ce n’est pas le cadre sur lequel nous nous sommes mis d’accord », a-t-il toutefois précisé. Dans le même temps, le cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé l’envoi prochain d’une délégation auprès des médiateurs, tout en menant d’intenses bombardements sur Rafah pour “exercer une pression militaire” sur le mouvement islamiste.

Par ailleurs, les familles des otages détenus à Gaza ont exigé lundi soir qu’un accord soit trouvé. “L’annonce du Hamas doit ouvrir la voie au retour des 132 otages retenus (…) depuis plus de sept mois »a déclaré dans un communiqué le Families Forum, une association israélienne de proches d’otages fondée au lendemain du 7 octobre 2023. « Le moment est venu pour toutes les parties concernées de respecter leur engagement et de transformer cette opportunité en un accord pour le retour de tous les otages »nous ajoutons.

Lire aussi | Le Hamas déclare avoir approuvé la proposition de cessez-le-feu présentée par l’Egypte et le Qatar

Ajouter à vos sélections

Israël lance l’évacuation de l’est de Rafah et « encourage » ses habitants à se déplacer vers des « zones humanitaires »

>>

L’armée israélienne a appelé lundi les habitants de l’est de la ville de Rafah, contre laquelle Israël martèle depuis des mois son intention de mener une offensive militaire majeure, à se joindre à elle. « zones humanitaires étendues ». « Les appels à un déplacement temporaire vers la zone humanitaire seront relayés via des affiches, des messages SMS, des appels téléphoniques et des diffusions dans les médias en arabe »elle a précisé https://twitter.com/Tsahal_IDF/status/1787356059113271785.

L’armée israélienne a assuré que son opération d’évacuation était temporaire et préoccupée “environ 100 000 personnes (…) immédiatement.” « Nous avons lancé une opération à échelle limitée pour évacuer temporairement les personnes résidant dans l’est de Rafah »a déclaré un porte-parole de l’armée lors d’un point de presse. « Ce plan d’évacuation vise à éloigner les civils du danger »» a ajouté la même Source.

Le président américain Joe Biden a réitéré lundi son « position claire » à M. Netanyahu, contre une offensive terrestre à Rafah, au sud de la bande de Gaza, a rapporté la Maison Blanche. En outre, les États-Unis ont déclaré “les contraires” à la fermeture par Israël du bureau local de la chaîne qatarie Al-Jazeera, annoncée la veille. « Nous pensons qu’Al-Jazeera devrait pouvoir opérer en Israël et dans d’autres pays de la région »a déclaré le porte-parole du Département d’État, Matthew Miller.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Israël intensifie ses préparatifs pour l’offensive de Rafah

Ajouter à vos sélections

Le Hezbollah affirme avoir tiré des roquettes sur une base israélienne

Le mouvement islamiste libanais Hezbollah, soutenu par l’Iran, a annoncé lundi avoir tiré “des dizaines de roquettes” sur une base israélienne située dans le Golan syrien occupé par Israël, en représailles à une frappe israélienne sur l’est du Liban.

L’application mondiale

Le matin du monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Téléchargez l’application

Plus tôt, l’Agence nationale de presse libanaise (ANI) avait rapporté que trois personnes avaient été blessées avant l’aube lors d’une frappe israélienne dans l’est du pays, où le Hezbollah est fortement présent.

Plusieurs rassemblements étudiants à travers le monde

Une centaine d’étudiants ont commencé lundi à occuper un bâtiment universitaire à Gand, en Belgique, pour dénoncer la guerre menée par Israël à Gaza et exiger que leur université rompe tout lien avec ce pays. Les manifestants, soutenus par certains professeurs, accusent la direction de l’université d’être « complice du génocide » en territoire palestinien, en poursuivant ses collaborations avec les universités israéliennes.

A Paris, la police est intervenue dans l’après-midi devant Sciences Po, pour déloger des militants, mobilisés en soutien aux habitants de Gaza, qui avaient installé des tentes, alors que les élèves de cette école passaient leurs examens. Les examens se sont déroulés normalement, a indiqué la direction.

L’université Columbia de New York, épicentre du mouvement de protestation contre la guerre à Gaza, a annoncé lundi qu’elle annulait sa grande cérémonie de remise des diplômes en raison des manifestations en cours.

Lire aussi | UCLA reprend les cours en présentiel après la répression des manifestations pro-palestiniennes

Ajouter à vos sélections

Le monde

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Bourse de Casablanca clôture en territoire négatif
NEXT Le feu n’est pas la plus grande menace à laquelle sont confrontés les pompiers : c’est le cancer. – .