« Le policier n’était pas en danger », selon l’avocat de la mère de l’adolescent

« Le policier n’était pas en danger », selon l’avocat de la mère de l’adolescent
« Le policier n’était pas en danger », selon l’avocat de la mère de l’adolescent

Au lendemain de la reconstitution des faits ayant conduit à la mort de Nahel, l’avocat de la mère de l’adolescent est catégorique : le policier qui a tiré sur le jeune garçon le 27 juin 2023 « n’était pas en danger ». Invité sur RTL, Me Nabil Boudi ne laisse aucun doute sur les intentions du policier impliqué dans la mort de l’adolescent à Nanterre. « La reconstitution s’est basée sur les vidéos, ce qu’on voit sur les vidéos, c’est que le policier n’était pas en danger. L’usage de son arme n’était donc pas nécessaire », précise l’avocat.

C’est la diffusion de cette vidéo sur les réseaux sociaux qui a mis le feu aux poudres. Dans de nombreuses villes françaises, des émeutes urbaines avaient éclaté, perturbant les nuits de quartier depuis des semaines. “Sans les images, il n’y aurait pas eu de dossier”, a rappelé l’avocat. Les conseils du policier ne partagent évidemment pas le même avis. Après la reconstitution, “on peut avancer vers le non-lieu, toutes les conditions sont réunies”, a assuré Me Laurent-Franck Liénard.

Mis en examen pour meurtre

Sur les images, on pouvait voir les deux policiers sur le côté du véhicule, pointant leurs armes sur le conducteur. L’un d’eux lui a tiré dessus alors que le véhicule s’éloignait. Puis la voiture s’est écrasée contre un bloc de béton à quelques dizaines de mètres. Lors de son audition, le brigadier Florian M., auteur du tir, a assuré que le véhicule se dirigeait vers lui avant d’être mis en examen pour homicide volontaire (meurtre). Par la suite, les deux policiers présents sur les lieux ont soutenu qu’ils étaient en danger de mort car coincés entre la voiture et un mur. « On ne voit pas que (mon client) est coincé sur un trottoir, que juste derrière lui, il y a un mur. Objectivement, il n’était pas écrasé, mais il aurait pu sentir qu’il aurait pu l’être », a expliqué l’avocat du policier.

Une reconstitution de la mort de Nahel a été organisée à Nanterre le 5 mai 2024, près d’un an après le décès de l’adolescente.– G. Van Der Hasselt/AFP

L’avocat de la famille a évoqué un moment « particulièrement douloureux » pour Mounia lors de la reconstitution dimanche. La mère de Nahel a dû faire face à la police impliquée dans la mort de son fils il y a un peu moins d’un an.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les Notes des partants du Quinté+ de ce lundi 6 mai
NEXT Coup de théâtre, la police espagnole en possession d’images exploitables