Israël et le Hamas sont inflexibles, les négociations pour une trêve à Gaza n’avancent pas

Israël et le Hamas sont inflexibles, les négociations pour une trêve à Gaza n’avancent pas
Israël et le Hamas sont inflexibles, les négociations pour une trêve à Gaza n’avancent pas

Une réunion au Caire sur un projet de trêve liée à la libération des otages dans la bande de Gaza s’est terminée dimanche sans progrès concrets, alors qu’Israël et le Hamas restent inflexibles après sept mois de guerre.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réaffirmé qu’Israël “ne capitulerait pas” face au Hamas et ne pourrait “accepter” les exigences du mouvement islamiste, qui réclame un cessez-le-feu permanent dans le territoire palestinien comme condition préalable à tout accord, notamment sur la libération. des otages enlevés le 7 octobre en Israël. Benjamin Netanyahu menace toujours de lancer une offensive sur la ville surpeuplée de Rafah, à la limite sud de la bande de Gaza.

Le Premier ministre a également annoncé la décision de son gouvernement de fermer le bureau en Israël de la chaîne Al-Jazeera, basée au Qatar. La chaîne, qui consacrait une place considérable à la couverture de la guerre à Gaza, a cessé d’émettre en Israël dans l’après-midi. Al-Jazeera a dénoncé une décision « criminelle » et le Hamas a dénoncé une « violation flagrante de la liberté de la presse », visant à « cacher la vérité » sur la guerre.

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, basé au Qatar, avait auparavant accusé M. Netanyahu de « saboter les efforts des médiateurs » en vue d’une trêve, alors que les discussions entamées la veille se poursuivaient au Caire entre une délégation du mouvement. et des représentants qatariens et égyptiens. Un responsable du Hamas a annoncé en fin de journée que cette réunion était terminée et que la délégation partirait pour Doha pour consulter ses dirigeants politiques.

L’offre des pays médiateurs, Qatar, Egypte et Etats-Unis, présentée au Hamas fin avril, prévoit une trêve associée à la libération des otages détenus dans la bande de Gaza, en échange de prisonniers palestiniens détenus par Israël. Le chef de la CIA, William Burns, était au Caire dimanche, selon les médias américains, alors qu’Israël n’était pas présent aux discussions. Un responsable du Hamas a déclaré plus tôt dimanche que le mouvement « n’accepterait en aucun cas un accord qui ne prévoit pas explicitement la fin de la guerre ».

« Quand Israël fait preuve de bonne volonté, le Hamas persiste dans ses positions extrêmes, avec en tête sa revendication du retrait de nos forces de la bande de Gaza, de la fin de la guerre et de la préservation du Hamas. Israël ne peut pas accepter cela », a de son côté déclaré M. Netanyahu en Conseil des ministres. « Capituler » devant les exigences du Hamas serait une « terrible défaite » pour Israël, a-t-il déclaré.

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza ont lancé une attaque sans précédent dans le sud d’Israël, qui a fait plus de 1.170 morts, principalement des civils, selon un bilan de l’AFP. établi à partir de données officielles israéliennes. Lors de l’attaque, plus de 250 personnes ont été kidnappées et 128 restent captives à Gaza, dont 35 sont mortes, selon l’armée.

Hamas Palestine Gaza

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV célébration du 68ème anniversaire de la DGSN
NEXT c’est le prix avantageux de l’ordinateur portable Dell XPS 13 (9315) en ce moment