Emmanuel Macron estime qu’introduire « un élément proportionnel » aux élections législatives « serait bon pour la démocratie »

Emmanuel Macron estime qu’introduire « un élément proportionnel » aux élections législatives « serait bon pour la démocratie »
Emmanuel Macron estime qu’introduire « un élément proportionnel » aux élections législatives « serait bon pour la démocratie »
>>
Le président français Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à l’Élysée à Paris, le mardi 30 avril 2024. CHRISTOPHE ENA / AP

Dans une interview accordée à Provence et à La Tribune dimanche Publié samedi 4 mai, Emmanuel Macron a abordé la question des institutions. A cette occasion, il a répété qu’en introduisant “une part proportionnelle” aux élections législatives «ce serait bon pour la démocratie».

Un sujet qui divise au sein de son camp et qui remet alors en cause sa mise en œuvre. Le pourrait-il ? « Si une majorité se dégage pour introduire la proportionnelle, oui. C’est l’engagement que j’ai pris. Je pense que ce serait bon pour la démocratie. »a répondu le chef de l’Etat.

Emmanuel Macron a promis en 2017 de mettre en place un « dose proportionnelle » aux élections législatives. Lors de la campagne de 2022, le président s’est encore une fois déclaré favorable à la représentation proportionnelle, ouvrant même la porte à une représentation proportionnelle intégrale, avec un nombre de sièges proportionnel au total des voix obtenues.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Réforme des institutions : un chantier lancé tranquillement par Emmanuel Macron

Ajouter à vos sélections

La présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, favorable à un partage proportionnel, a lancé des consultations sur le sujet. Mais le camp présidentiel est divisé sur la question. Le chef des députés Renaissance, Sylvain Maillard, s’y oppose, tout comme la ministre des Relations avec le Parlement, Marie Lebec, alors que les alliés du MoDem militent depuis longtemps en faveur de ce mode de vote.

Mandats présidentiels successifs

Dans l’entretien, Emmanuel Macron évoque également la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels successifs. Cette règle « est là et je ne vais pas changer la Constitution »mais “si vous me demandez mon avis personnel : je pense que c’est toujours mieux quand on laisse le choix aux électeurs”il a lâché.

“Je ne vous dis pas forcément que j’aurais aimé être candidat à un troisième mandat”mais «quand on met des interdictions dans la loi, on capte en quelque sorte une partie de la liberté des électeurs, qui sont souverains».

Le président de la République exprime également certains regrets après sept ans au pouvoir. « J’aurais aimé mener à bien la réforme des retraites à points promise pour le premier quinquennat. La crise des gilets jaunes puis le Covid nous en ont empêchésouligne-t-il. C’était plus difficile à réaliser que celui que nous avons fait l’année dernière [le report de l’âge légal à 64 ans] parce qu’il a remanié plus fondamentalement le système. Je pense que c’est un élément qui aurait profondément changé les choses. »

Emmanuel Macron aurait « a également apprécié l’achèvement de la réforme institutionnelle arrêtée en 2018 », frappé par l’affaire Benalla. Il prévoyait notamment la réduction du nombre de parlementaires et l’introduction d’une dose de représentation proportionnelle.

Lire aussi l’enquête (2022) : Article réservé à nos abonnés La proportionnalité ou le rêve d’un Parlement « miroir de la nation »

Ajouter à vos sélections

Interrogé sur la situation de majorité relative qui prévaut à l’Assemblée depuis 2022, M. Macron estime que cela n’a pas été le cas. « pas empêché de faire des réformes »même si c’était possible « confondre les choses car le débat parlementaire est dilué par des considérations politiques ». “Mais c’est à nous de clarifier”, il a dit. Les Français voulaient «quelque chose qui ressemble plus à un système proportionnel» et cela “nous oblige à trouver des compromis”il juge toujours.

Bulletin

” Politique “

Chaque semaine, « Le Monde » analyse pour vous les sujets politiques actuels

Registre

Et si d’aventure une motion de censure devait être votée, comme le menacent les oppositions, M. Macron le ferait. [tirerait les conséquences] politique et institutionnel qui dépendra des circonstances »il assure.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Déficit public : à l’Assemblée nationale, le RN et LFI confirment vouloir déposer une motion de censure avant les élections européennes

Ajouter à vos sélections

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Grâce à la Belgique, nous allons à nouveau produire des munitions de petit calibre en France
NEXT SÉNÉGAL-PRESSE-REVUE / Les échecs de la gouvernance du secteur de la pêche à la loupe des journaux – Agence de Presse Sénégalaise – .