« Nous savons qu’il est là et qu’il apparaîtra plus souvent »

« Nous savons qu’il est là et qu’il apparaîtra plus souvent »
« Nous savons qu’il est là et qu’il apparaîtra plus souvent »

Voici comment choisir la bonne mutuelle pour protéger votre santé et votre portefeuille

Par LP

Bien que l’affiliation à l’assurance maladie et invalidité soit obligatoire pour tous en Belgique, il existe des différences importantes en termes de cotisations et de remboursements que chaque organisme peut vous proposer. D’où l’importance de bien choisir votre mutuelle, en fonction de votre famille et de vos besoins.

Choisir le régime d’assurance maladie qui convient le mieux à vous et à votre famille peut sembler assez simple. Souvent, une fois majeur, vous restez affilié à la caisse d’assurance maladie où étaient eux-mêmes vos parents pour vous éviter un peu de paperasse… Comparez cependant les organismes et posez-vous les bonnes questions, en fonction de la couverture santé dont vous avez besoin. ou dont nous voulons profiter, peut s’avérer payant. Ainsi, si votre entreprise propose une assurance hospitalisation de type DKV par exemple, vous pouvez déjà faire des économies en supprimant l’assurance hospitalisation que vous auriez souscrite auprès de votre mutuelle. Il en va de même pour votre conjoint ou vos enfants si votre couverture hospitalisation les prévoit également.

Ce sont quelques dizaines d’euros que vous économiserez chaque année… Mais attention en cas de changement d’emploi ou de retraite : certains organismes prévoient donc de verser chaque mois un petit supplément pour assurer la continuité de votre couverture hospitalisation si celle-ci vos prestations de votre employeur ont pris fin…

Mais même dans les soins de santé traditionnels, il existe parfois des différences importantes en termes de couvertures et de prestations accordées par les mutuelles à leurs adhérents. Et parfois, ces remboursements diffèrent même selon la région où vous habitez.

Tous les bébés ne sont pas égaux…

Il peut donc être intéressant de s’intéresser aux avantages accordés aux parents si une naissance se profile à l’horizon.

Prenons l’exemple de la prime de naissance. Chez Partenamut par exemple, vous recevez 350 € pour chaque enfant qui rejoint votre famille. Chez Solidaris, la prime est de 300 € pour le premier enfant, puis de 250 € pour les suivants, mais il existe une intervention de 75 € par an pour les couches les deux premières années. À la Mutualité Chrétienne, la prime de naissance est de 350 €. A noter qu’auparavant ce montant variait selon la section de la Mutualité à laquelle on était affilié, mais les montants sont désormais uniformisés sur l’ensemble du territoire francophone et germanophone. Enfin, les Mutualités Libérales appliquent des avantages variables selon le bureau d’affiliation. Ainsi, la prime de naissance pour un enfant est de 470 € si les deux parents sont affiliés (235 € s’il n’y en a qu’un) pour la région de Namur et du Hainaut, mais de 420 € (210 € par parent selon son affiliation) pour les régions de Liège et Luxembourg.

Orthophonie, cours, sport…

Des différences existent également pour la prise en charge des frais de garde d’enfants malades ou d’orthophonie notamment. Si vos enfants font du sport, là aussi, regardez les produits proposés par votre mutuelle, et demandez-vous s’ils vous conviennent. Certaines organisations proposent 25 € par an, mais d’autres organisations vont jusqu’à 40 € voire 50 € par an. Il en va de même pour l’intervention pour des stages sportifs et culturels, bien utile pendant les vacances scolaires pour occuper les plus jeunes…

Mais comparer est également valable si vous vieillissez et pensez avoir bientôt besoin d’un service de télévigilance ou d’une aide à domicile : tous les organismes n’interviennent pas de la même manière dans ces postes. Attention cependant : les cotisations augmentent en fonction de votre âge. Alors ne changez pas trop tard pour ne pas abîmer votre contribution !

Soins dentaires : éviter la douleur

Si les mutuelles proposent des assurances complémentaires, beaucoup disposent également de produits spécifiquement conçus pour une meilleure intervention en soins dentaires et en soins orthodontiques, dont on sait qu’ils sont très coûteux.

Entre les appareils orthodontiques pour les plus jeunes, et les couronnes et implants pour les plus âgés, ce type de couverture étendue peut être intéressant. Chez Solidaris, l’assurance complémentaire prévoit 350 € de remboursement supplémentaire sur les forfaits d’appareillages et le remboursement intégral du ticket modérateur pour les consultations de suivi. Chez Partenamut, l’avantage est de 359 €, en plus des 1 000 € prévus par l’assurance obligatoire lors de l’installation d’un appareil. A la Mutualité Chrétienne, l’avantage est de 375 € avec l’extension de la protection dentaire, et des soins de contrôle remboursés à 100 %…

Ouvre tes yeux

Autre article important pour les ménages : les lunettes. Si les interventions obligatoires se sont multipliées ces derniers mois, l’Inami augmentant les seuils dioptriques permettant de prétendre à une intervention en remboursement des verres de lunettes, il n’en reste pas moins qu’un petit coup de pouce est toujours le bienvenu.

Chez Partenamut, ce supplément est de 75 € tous les deux ans. La Mutualité Neutre intervient également tous les deux ans, à hauteur de 100 € pour les montures, lunettes ou lentilles de contact. La Mutualité Chrétienne prévoit 120 € tous les 3 ans pour vos lunettes, verres et verres, et du côté de Solidaris, 75 € sont prévus tous les 3 ans pour le remboursement de l’achat de montures, de lunettes correctrices ou de verres pour les 18 ans et plus.

A noter enfin que les mutuelles prévoient, selon les cas et les soins concernés, des délais de carence lors d’un changement d’organisme. Soyez donc proactif.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le docteur Ghassan Abu Sittah empêché d’entrer en France, les sénateurs s’indignent
NEXT Sadiq Khan, troisième mandat historique pour un maire de Londres paradoxalement impopulaire