Le député républicain a voté contre l’accusation portée contre l’ex-ministre Ríos

Le député républicain a voté contre l’accusation portée contre l’ex-ministre Ríos
Le député républicain a voté contre l’accusation portée contre l’ex-ministre Ríos
--

La commission parlementaire chargée d’examiner l’accusation constitutionnelle contre l’ancien ministre de la Justice, Marcela RiosPublié un rapport négatif pour son vote la Chambre des Députés et Députés.

En faveur de la diffamation étaient les députés Álvaro Carter (Indépendant-UDI) et Henry Leal (UDI)alors que sa paire était contre Caroline Tello (PC) et comme surprise le républicain Benjamin Moreno.

“Nous ne serons pas complices de la décision prise par le président de la République de exposer l’ex-ministre Ríos à une exécution politique comme bouc émissaire“Moreno a expliqué son vote.

Dans ce sens, le député a assuré qu’il avait rejeté cette accusation parce que Ríos “il n’a pas pardonné à MatelunaC’était le président lui-même. parce qu’il n’a pas accordé Celestino Cordouemeurtrier du couple Luchsinger-Mackay, le traitement que seuls ceux qui se sont profondément repentis de leurs crimes méritent, était le président Boric ».

L’accusation portée contre le désormais ex-ministre indique la “responsabilité constitutionnelle” dans l’octroi de 13 grâces et au « manque de contrôle hiérarchique » dans l’octroi des avantages pénitentiaires et des transferts par la gendarmerie chilienne à certains détenus de la macrozone sud.

La position de Moreno a été critiquée par son pair RN Andrés Célisqui a accusé que “C’est un parti républicain de papier, un parti patriotique de papiermoi, un parti fictif qui est devenu aujourd’hui un complice passif de ceux qui ont été les victimes de l’éclatement social”.

Ce qu’il me dit, c’est qu’ils vont plus à la vengeance politique“, a déclaré le parlementaire.

Malgré ces questions, le caucus républicain a annoncé que Le vote de Moreno sera considéré comme un guidebien qu’après avoir écouté la défense de l’ex-ministre Ríos.

L’accusation devrait à voir ce mercredi dans la Salaà partir de 15h00.

---

TC EXAMINERA LES DÉFIS POSSIBLES AUX PARDONIES DE BORIC

En attendant, ce lundi la Cour constitutionnelle (TC) a mis sur la table après-demain pour statuer sur la recevabilité des exigences d’un groupe de sénateurs de l’opposition, qui chercher à contester la plupart des grâces controversées accordées par le président Gabriel Boric.

Il y a sept des 13 avantages remis par le Président à ceux qui sont interrogés, dont l’un à l’ex-frontiste Jorge Matelunaune affaire dans laquelle ils accusent un détournement de pouvoir présumé.

Compte tenu de cela, la session plénière du TC a accepté les exigences de traitement et l’a laissé sur la table pour jeudi.

La décision a été analysée par le président de l’UDI, le sénateur Javier Macayaqui affirmait que “notre convocation, notre appel du Gouvernement aujourd’hui, c’est que profiter de ce processus d’accueil, la Cour constitutionnelle donne l’occasion“.

C’est l’occasion de réparer cette erreur, pas d’engager un avocat pour défendre les grâces du siège constitutionnel. De ce point de vue, nous pensons que c’est une bonne occasion de réparer les erreurs des grâces mal accordées », a souligné le parlementaire.

Pour sa part, la ministre du secrétariat général de la présidence (Segpres), Ana Lya Uriarteont annoncé qu’ils attendaient “que la Cour constitutionnelle connaisse en détail et rigoureusement les antécédents et, bien sûr, nous attendons son prononcé sans émettre d’avis sur la question”.

“Nous attendons ce qui se passe, car ce qui peut se passer devant la Cour constitutionnelle jeudi, c’est que cette demande est déclarée irrecevable“, a prévenu l’autorité.

Tags: député républicain voté contre laccusation portée contre lexministre Ríos

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

---

PREV Qui collecte le Food Bonus jusqu’au 5 février ? Consultations avec ID, lien et plus | RÉPONSES
NEXT La comète verte atteint le point le plus proche mercredi