Causa Chorherr : “L’argument selon lequel nous savons comment l’Autriche fonctionne de toute façon ne suffit pas.”

Causa Chorherr : “L’argument selon lequel nous savons comment l’Autriche fonctionne de toute façon ne suffit pas.”
Causa Chorherr : “L’argument selon lequel nous savons comment l’Autriche fonctionne de toute façon ne suffit pas.”
--

L’acquittement du porte-parole de longue date de la planification des Verts, Christoph Chorherr, et de neuf autres accusés a de nouveau déclenché un débat sur le bureau du procureur économique et de la corruption (WKStA). Surtout, le réquisitoire, dans lequel l’un des deux procureurs a déclaré que l’affaire “appartient à tous les livres pénaux pour corruption”, contredisait de manière flagrante l’acquittement et la déclaration du juge, selon laquelle aucun “abus de quelque nature que ce soit” ne pouvait être constaté. . Chorherr a été accusé d’avoir influencé la conclusion positive de la procédure de dédicace des coaccusés, en échange de quoi ils ont fait des dons à une organisation caritative en Afrique du Sud, présidée par Chorherr.

Georg Krakow, membre du conseil d’administration de Transparency International, connaît les deux côtés : le rôle du procureur ainsi que celui de l’avocat de la défense pénale. Dans une interview avec le petit journal Cracovie défend la WKStA : “Je ne crois pas à l’exigence qu’elle soit scindée ou abolie – certainement pas, bien au contraire.” Il n’appartient pas non plus à un parquet de garantir uniquement des condamnations. “Si nous le voulions, nous n’aurions plus besoin de tribunaux.” Il pointe également les difficultés que rencontre notamment la WKStA dans la lutte contre la corruption : “En cas de falsification du bilan, il y a toujours des preuves objectives, en cas de corruption il n’y a peut-être qu’un coup de fil.” C’est toujours difficile avec les crimes de secret. “Il peut être relativement facile de faire naître un soupçon, qui est alors très difficile à prouver. Cela conduit à un certain nombre de procédures qui peuvent facilement se terminer par un acquittement.”

Cependant, Cracovie, qui a mis l’ancien patron de Bawag Helmut Elsner derrière les barreaux en tant que procureur en chef, n’hésite pas à critiquer les chasseurs de corruption, qui ont appelé les juges non professionnels le dernier jour à “s’il vous plaît, pensez autrichien”. “L’hypothèse selon laquelle quelqu’un a de l’influence dans un club ou ailleurs parce que c’est évident ne suffit pas. Vous devez étayer cette hypothèse par des enquêtes. L’argument selon lequel nous savons comment fonctionne l’Autriche de toute façon ne suffit pas.” Cracovie donne un exemple : “Il se peut que Chorherr (ndlr : le porte-parole du planning des Verts) ait eu une influence décisive sur Vassilakou (ndlr : le conseiller du planning des Verts), mais cela peut aussi être la raison inverse.”

---

Cracovie propose à la WKStA d’étendre les contrôles de qualité internes. “Il serait logique que le parquet investisse davantage dans le contrôle qualité interne qu’auparavant.” Par exemple, certains faits pourraient d’abord être examinés en interne avant d’être rendus publics ou consignés dans un acte d’accusation. “Nous avons l’état d’esprit en Autriche : tout est corrompu de toute façon. Cela signifie que vous ne voulez plus apporter la preuve de certains aspects. L’hypothèse de base n’existe pas en droit.”

D’un point de vue juridique, Cracovie constate également des lacunes dans le droit pénal relatif à la corruption. Par exemple, les dons aux organisations caritatives dans le cas des affaires officielles obligatoires et de l’alimentation sont une exception. “Cette exception est déplacée. Je peux acheter une entreprise officielle obligatoire si je reverse le prix d’achat à une organisation caritative.” Cela doit être amélioré.

Tags: Causa Chorherr Largument selon lequel nous savons comment lAutriche fonctionne toute façon suffit pas

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

---

NEXT La proposition d’Ibáñez pour une nouvelle coalition qui a déclenché la colère du parti au pouvoir