Relations entre la Suisse et l’UE – adhésion? Non, merci! – Les jeunes font froid dans le dos à l’UE – News

Relations entre la Suisse et l’UE – adhésion? Non, merci! – Les jeunes font froid dans le dos à l’UE – News
Relations entre la Suisse et l’UE – adhésion? Non, merci! – Les jeunes font froid dans le dos à l’UE – News
--

Légende:

clé de voûte

22 octobre 1991 Les négociateurs de la CE (aujourd’hui l’UE) et de l’AELE concluent leurs négociations sur l’Espace économique européen (EEE) à Luxembourg. Les conseillers fédéraux Felber et Delamuraz seront également présents. A 4 heures du matin, les deux convoquent une conférence de presse dans le bâtiment de la Commission des CE et annoncent que le Conseil fédéral considère l’EEE comme une étape sur la voie de l’adhésion complète à la CE.

  • Rétrospectivement, le Conseil fédéral a ainsi fourni aux opposants à l’EEE un argument important pour une victoire ultérieure lors du vote.

7 février 1992 Les pays de la CE signent le traité de Maastricht. Il s’agit de la plus grande étape d’intégration depuis la création de la CE et de la base de la création de l’union économique et monétaire.

  • Trois ans seulement après la chute du mur de Berlin, c’est un autre signe que l’ordre politique en Europe évolue rapidement.

18 mai 1992 Le Conseil fédéral décide de soumettre une demande officielle à la CE pour entamer des négociations d’adhésion.

  • La décision découle de la crainte d’une majorité au sein du Conseil fédéral que la Suisse passe à côté de la dynamique en Europe et subisse un préjudice économique en conséquence.

6 décembre 1992 L’électorat suisse a dit non à l’EEE avec 50,3%.

  • Un choc pour l’élite politique en Suisse, qui s’est battue unie pour un oui. Et une victoire pour Christoph Blocher et le début de la montée en puissance de son UDC conservateur résolument de droite.

20 février 1994 Les électeurs suisses disent oui à l’Initiative de protection des Alpes avec 51,9%. Elle exige que le transit transalpin des marchandises passe de la route au rail.

  • Du point de vue de l’UE, il s’agit d’un nouvel affront à la Suisse et d’une pierre d’achoppement majeure pour les négociations bilatérales à venir.

Décembre 1994 Début des négociations entre la Suisse et l’UE sur des accords bilatéraux. L’UE s’est montrée disposée à négocier sur sept domaines, à condition que les traités ne puissent entrer en vigueur qu’une fois qu’un accord aura été trouvé sur les sept domaines. Le 21 juin 1999, c’est le cas.

  • Cette condition de l’UE a lieu comme soi-disant « Clause guillotine » incluse dans les sept accords. Il stipule que si un accord est résilié, tous les autres sont également suspendus. Par exemple, l’UE voulait empêcher la Suisse de n’accepter un traité que là où c’est dans son intérêt (“cherry picking”).

21 mai 2000 L’électorat a dit oui aux accords bilatéraux avec 67,2%.

  • Près de huit ans après le non-EEE, la Suisse est toujours en mesure de rejoindre le marché unique européen. Le danger de l’isolement a été écarté pour le moment. Dans le même temps, l’adhésion à l’UE est politiquement loin.

3 mars 2002 54,6% des électeurs ont dit oui à l’adhésion à l’ONU.

  • La Suisse fait un grand pas en arrière sur la scène internationale.

1 mai 2004 Dix pays rejoignent l’UE, dont huit d’Europe de l’Est. L’UE passera ainsi de 15 à 25 membres. Il s’agit de la plus grande étape d’élargissement de l’Union à ce jour.

  • La division de l’Europe de la guerre froide sera ainsi surmontée.

26 octobre 2004 La Suisse et l’UE signent une deuxième série d’accords bilatéraux. Elle réglemente entre autres la coopération dans les contrôles aux frontières et dans le système d’asile (règlements Schengen et Dublin). Un référendum est organisé contre cette partie des Bilatérales II.

  • C’est le résultat d’un échange classique. Les deux parties ont des questions sur lesquelles une plus grande coopération est importante pour elles, ce qui crée un ensemble global.

5 juin 2005 L’électorat a dit oui à Schengen/Dublin avec 54,6%.

25 septembre 2005 56% des électeurs ont dit oui à l’extension de la libre circulation des personnes à dix nouveaux pays de l’UE.

26 novembre 2006 L’électorat a dit oui à l’Eastern Aid Act avec 53 %. C’est la base du paiement du soi-disant “milliard de cohésion” aux États d’Europe de l’Est de l’UE.

8 février 2009 Avec 59,6%, l’électorat a dit oui à l’extension de la libre circulation des personnes aux nouveaux membres de l’UE, la Bulgarie et la Roumanie.

---
  • Cette série de succès électoraux conforte le Conseil fédéral dans sa démarche de consolidation des relations avec l’UE.

18 décembre 2013 Le Conseil fédéral décide d’un mandat de négociation avec l’UE sur un accord-cadre. Il vise à clarifier les questions institutionnelles ouvertes, en particulier la manière dont les conflits d’interprétation des accords bilatéraux peuvent être réglés.

  • Dans le mandat de négociation, le Conseil fédéral fixe des « lignes rouges ». Avec eux, il veut protéger les préoccupations fondamentales d’acteurs politiques importants tels que les syndicats ou les partis bourgeois et ainsi s’assurer un soutien politique.

9 février 2014 L’électorat soutient l’initiative d’immigration de masse (MEI) avec 50,3 % de votes favorables. Elle appelle à une restriction de l’immigration, ce qui contredirait l’accord sur la libre circulation des personnes avec l’UE.

  • Le résultat du vote remet en cause l’ensemble de la première série d’accords bilatéraux. Le Parlement s’est sorti de l’impasse en mettant en œuvre l’initiative “créative”. Dans les relations avec l’UE, le référendum a conduit à des mois de silence radio.

24 novembre 2015 Reprise des négociations sur l’accord-cadre

  • Fin du silence radio officiel entre Berne et Bruxelles depuis le vote MEI

15 juin 2016 En tant que deuxième chambre, le Conseil des États vote le retrait de la demande d’adhésion de la Suisse à Bruxelles.

  • L’option d’une adhésion complète à l’UE est toujours restée théorique. Maintenant, elle est également officiellement hors de la table. Pour “Bruxelles”, la démarche est un autre “acte inamical”.

23 juin 2016 51,9% des électeurs en Grande-Bretagne ont voté pour quitter l’UE (Brexit).

  • Face à ce nouveau défi existentiel, beaucoup pensent que l’UE est moins disposée à répondre aux souhaits de la Suisse.

20 septembre 2017 Le conseiller national FDP Ignazio Cassis est élu au Conseil fédéral.

  • Dans la perspective de son élection, Cassis avait annoncé dans une interview qu’il prônerait un nouveau départ par rapport à l’UE et appuierait sur le bouton “reset”.

12 juin 2018 Dans une interview à Radio SRF, Cassis a mis en discussion les mesures d’accompagnement. Ils veillent entre autres à ce que les fournisseurs de l’espace UE ne soient pas autorisés à pratiquer le dumping salarial en Suisse.

  • C’est un affront aux syndicats. Ils adoptent une attitude de blocus dans la politique européenne.

23 novembre 2018 Cassis s’entretient à Zurich avec le commissaire européen Johannes Hahn de l’état des négociations sur l’accord-cadre.

  • L’UE considère que les négociations sont terminées, mais pas la Suisse.

7 décembre 2018 Le Conseil fédéral lance une consultation publique sur l’accord-cadre.

  • Cela lui laisse le temps de rallier une majorité politique à l’accord.

7 juin 2019 Après la consultation, le Conseil fédéral a déclaré à l’UE qu’il y avait un besoin de clarification sur trois points de l’accord-cadre.

  • Du point de vue de Bruxelles, cependant, le maximum de concessions à la Suisse a déjà été atteint.

18 juin 2019 L’UE décide de ne pas prolonger la soi-disant équivalence boursière – une mesure administrative qui nuit à la bourse suisse.

  • Une question purement technique est politiquement chargée par l’UE. Du point de vue du Conseil fédéral, cela équivaut à une tentative de chantage.

27 septembre 2020 L’électorat rejette l’initiative de limitation à 61,7%.

  • Avec lui, l’UDC a voulu forcer la mise en œuvre textuelle de son initiative d’immigration de masse de 2014.

14 octobre 2020 Le Conseil fédéral nomme Livia Leu comme nouvelle négociatrice en chef vis-à-vis de l’UE.

  • Leu est la cinquième personne à occuper ce poste en quatre ans.

26 mai 2021 La Suisse rompt les négociations sur un accord-cadre.

  • Dans les relations entre la Suisse et l’UE, le point bas provisoire a été atteint. Les avis sur la manière de procéder sont à des kilomètres les uns des autres.

Tags: Relations entre Suisse lUE adhésion merci Les jeunes font froid dans dos lUE News

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

---

PREV Le nouveau Rock & Fellers se prépare à ouvrir dans une semaine | Ecos365.com.ar
NEXT Des chercheurs de l’Université de Bâle découvrent une nouvelle fonction du cervelet